Pour un Montréal leader climatique

Le droit d'initiative demandé par un citoyen sur la réduction de la consommation d’énergies fossiles a mené la Ville de Montréal à décreter la tenue de consultations publiques par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM). Cet enjeu concerne toute la collectivité montréalaise. Le CRE-Montréal tient d'une part à ce que la participation soit au rendez-vous et que la consultation permette d'amorcer un réel virage vert. Cela est d’autant plus important que plusieurs documents de planification arrivent à échéance, et sont en cours de révision. Parmi eux, notons le Plan de transport, le Plan d’urbanisme ou encore le Plan de développement durable de la collectivité montréalaise. Le CRE-Montréal veut non seulement que la Ville et la collectivité disposent de cibles ambitieuses, mais aussi qu’elles atteignent ses objectifs à court terme tout en visant l’objectif d’un territoire “à énergie positive” ou “carboneutre” pour son 400e anniversaire en 2042.  


Déclaration pour un Montréal leader climatique (suivre le lien pour voir les noms des signataires)

La Conférence de Paris sur le climat représente en ce sens une opportunité en or pour la Ville de Montréal de dévoiler des engagements ambitieux et des mesures clés pour y arriver (prioritairement en transport et en aménagement). À plus long terme, le CRE-Montréal encourage Montréal à se positionner comme leader climatique en adhérant à l’objectif de « carboneutralité » pour son 400e anniversaire de fondation. Il s’agit d’un objectif réaliste atteignable auquel d’autres métropoles comme Vancouver ont déjà souscrit. De plus en plus d’organismes y adhèrent en signant la déclaration pour un Montréal leader climatique, tout en se montrant proactifs dans la recherche de solutions à plus court terme, notamment par la rédaction de mémoires et la concertation dans différents domaines de la société civile. 

Le CRE-Montréal et 70 autres organisations demandent des engagements ambitieux de la Ville de Montréal à l’approche de COP21 et la carboneutralité pour 2042. Pour consulter notre communiqué de presse

Le CRE-Montréal a tenu une activité citoyenne contributive dans le cadre de la consultation publique de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) sur la réduction de la dépendance montréalaise aux énergies fossiles. Les participants ont proposé des solutions concrètes pour réduire la consommation d’énergies fossiles, principalement dans les secteurs du transport des personnes et des marchandises ainsi que du bâtiment.  Les solutions en transport ont principalement porté sur l’augmentation de la capacité et du financement du transport collectif, le potentiel de l’écofiscalité pour encourager les bonnes pratiques de mobilité, l’expansion et la sécurisation du réseau cyclable et ce, en toute saison, le développement de BIXI, la gestion du stationnement, le déploiement de l’autopartage et l’encadrement du covoiturage commercial. Pour le bâtiment, ont été mises de l’avant des actions visant l’écofiscalité, la révision de la réglementation municipale et du code du bâtiment, des changements de pratiques pour les architectes. Dans une perspective plus large l’aménagement du territoire, a fait aussi l’objet de discussion l’encadrement de la valorisation des terrains contaminés pour favoriser la revitalisation et la densification de quartiers tout en protégeant les espaces verts (puits de carbone), qui continuent de disparaître sous les projets de développement. 

 

Consultation publique sur la réduction de la dépendance aux énergies fossiles : Déclaration et carboneutralité

Le CRE-Montréal a plusieurs fois souligné la grande qualité de la consultation menée sur la réduction des énergies fossiles, l’OCPM ayant mis en oeuvre un processus classique mais aussi toutes sortes de processus participatifs innovants. Cela a conduit à une grande mobilisation des citoyens et organisations montréalaises demandant une transition énergétique et se montrant prêts à agir. Les commissaires ont produit 15  recommandations, dont plusieurs vont dans le sens des plaidoyers du CRE-Montréal.

L’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) a lancé une consultation publique sur la réduction de la dépendance montréalaise aux énergies fossiles et a dévoilé la démarche retenue. Cette consultation, qui s'est tenue de la fin octobre à la mi-mars, a fait suite à la mobilisation au printemps dernier d’une coalition de citoyens et d’organismes engagés voulant profiter du contexte de la Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques (CdP21) de Paris, pour demander à la Ville la tenue d’une consultation publique autour de cette question. Le Conseil régional de l’environnement de Montréal avait alors contribué à ce mouvement et tenu un forum sur les solutions à mettre de l’avant pour réduire la consommation d’énergies fossiles dans la métropole. Vous pouvez suivre la campagne avec le mot-clic #VertMTL.

La démarche, saluée par le CRE-Montréal pour son caractère novateur, a permis de bonifier le cadre plus conventionnel des séances d’information du public et de présentation des mémoires organisationnels et citoyens et ainsi rejoindre davantage de citoyens et de représentants de la société civile montréalaise. 

 

Le CRE-Montréal a déposé un mémoire sur le projet d’oléoduc ÉnergieEst de TransCanada

Pour le CRE-Montréal, le projet Énergie Est soulève des préoccupations environnementales sérieuses au niveau du territoire métropolitain et bien entendu montréalais. Les traversées de rivières de l’oléoduc poseraient des risques majeurs au niveau de l’approvisionnement en eau potable de plusieurs municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Cela serait notamment le cas de la Ville de Montréal. Un déversement en rivière aurait aussi des impacts sur les milieux naturels, les milieux humides et des habitats fauniques et aquatiques. Le tracé concerne des corridors forestiers métropolitains et, sur l’île de Montréal, traverserait un écoterritoire dans lequel se trouve un ruisseau reconnu comme étant d’intérêt écologique. Pour consulter son mémoire « Vers une métropole écoresponsable et leader du climat ».

 

Forum d'idées du 10 juin: Quelles solutions pour réduire la consommation d'énergies fossiles ?

Le mercredi 10 juin en matinée s’est tenu un Forum d'idées cherchant à trouver des solutions pour réduire la consommation d'énergies fossiles à Montréal. Organisé par la Coalition climat Montréal à la Maison du développement durable, l’évènement a réuni plus de 70 personnes, d’horizons variés, afin que la collectivité montréalaise soit proactive dans la recherche d’alternatives aux hydrocarbures. Notons que des personnes issues du domaine de l’environnement, de la santé, de la recherche et de l’éducation universitaire mais aussi d’autorités de gestion et de planification du transport, d’institutions religieuses, de partis politiques, de l’entreprise privée, de l’innovation technologique, de l’économie collaborative, circulaire, sociale et solidaire étaient présents.  

La coalition climat Montréal dont faisait alors partie le CRE-Montréal a voulu débattre, avec les différents experts, groupes et citoyens des priorités à proposer en vue des consultations de l'OCPM afin de proposer des solutions pour réduire notre consommation d'énergies fossiles. Pour en savoir plus.

 

Quelle est la suite pour proposer des solutions pour que Montréal soit leader climatique? 

Toutes les solutions discutées au forum, et d’autres solutions proposées par des organismes et experts seront compilées par le CRE-Montréal et incluses dans un mémoire qui sera déposé à l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) à l'hiver 2016. Ce mémoire sera disponible pour que tout organisme puisse utiliser une partie des recommandations pour déposer un mémoire en son nom, en fonction de sa mission et de ses priorités. Enfin, une lettre type, d’appui à des cibles ambitieuses sera disponible pour les citoyens. Nous demandons donc aux organisations et aux citoyens de se tenir prêts à participer aux consultations, pour lesquelles un répertoire de solutions sera rendu disponible pour que Montréal passe réellement à l’action et devienne leader climatique.