PARK(ing) Day 2015

Le PARK(ing) Day 2015 a de nouveau été le plus grand PARK(ing) Day au monde !

Pour la première fois cette année, le PARK(ing) Day a fait partie d’un vaste mouvement visant à célébrer la mobilité durable

Cette journée était au cœur de la programmation des semaines de la mobilité qui ont eu lieu du 15 au 30 septembre 2015. Entouré de plusieurs événements, le PARK(ing) Day est demeuré une des activités phare de ces semaines. Le succès a encore une fois été au rendez-vous grâce à la participation de 81 organisations montréalaises. Ce sont en tout 209 cases de stationnement qui ont été transformé par des citoyens, artistes, musiciens, étudiants, architectes, designers urbains et administrations montréalaises. L’événement, quoi que quelque peu assombrit par l’intervention de policiers - qui ont forcé quelques participants à plier bagages - est demeuré un véritable rendez-vous festif qui est de plus en plus incontournable !

Les interventions ont eu lieu dans les 14 arrondissements suivants : Ahunstic (2 participant), Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (1 participants), Côte-des-neiges-Notre-Dame-de-Grâce (3 participants), Lachine (1 participants), Montréal-Nord (1 participant), Plateau-Mont-Royal (9 participants), Saint-Laurent (5 participants), Saint-Léonard (1 participant), Sud-Ouest (15 participants), Rosemont-La-Petite-Patrie (14 participants), Verdun (1 participants), Ville-Marie (25 participants), Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension (2 participants) de même que 2 participants à Laval, et 1 à Saint-Eustache. 

L’implication et l’inventivité des intervenants volontaires ont permis aux citoyens de vivre la ville autrement en prenant part à des œuvres d’art participatives, en faisant de la musique, en jouant dans la rue, en discutant et en lisant dans des « salons urbains » ou en dégustant des mets faits maison. Si cette journée a été l’occasion de partager de bons moments, elle a avant tout permis d’interpeller les passants et les élus sur la valeur de l’espace public et sur le potentiel qui se cache derrière l’espace attribué au stationnement. La population a ainsi pu imaginer à quoi pourraient ressembler les rues de la métropole si l’espace aujourd’hui alloué au stationnement était utilisé en faveur de lieux de rencontre, d’espaces verts, d’espaces propices à la mobilité douce, etc. Un aperçu des interventions proposéeslors du 18 septembre à Montréal est disponible en annexe de ce document (Annexe 2) et l’ensemble des photographies prises au cours de l’événement à Montréal a été publié sur le compte Flickr du CRE-Montréal

Pour consulter le bilan de l'édition 2015.

Position : 
Mots-clés :