La transformation du complexe environnemental de Saint-Michel

 

Présentez-nous brièvement l’historique de ce site situé dans l’arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

Occupant le quadrilatère créé par le boulevard Métropolitain, l’avenue Papineau, les rues Louvain et Iberville, le Complexe environnemental de Saint-Michel (CESM) est un immense site de 192 hectares. Tour à tour carrière de calcaire puis site d'enfouissement, la Ville a acquis le site en 1984 pour le transformer en un vaste complexe de technologie environnementale et d'éducation situé à l'intérieur d'un espace vert contribuant au rayonnement de sa vie culturelle et récréative. La population, particulièrement celle de Saint-Michel, souhaite depuis plusieurs années avoir accès à la totalité de ce grand parc.

Quelles sont les grandes étapes à venir en vue de l’ouverture complète du parc en 2023?

À ce jour, l’échéancier prévu est respecté et conforme au plan directeur adopté en 1997 par le comité exécutif ainsi qu’aux exigences du Ministère du Développement durable, de la Faune et des Parcs (MDDEFP). Le recouvrement final des déchets a été complété à l’automne 2014, ce qui a permis d’entreprendre la dernière étape du projet global, soit la finalisation de l’aménagement du parc.

* Planification assujettie à des changements

BLOC 2 (2019)
Secteur Plaine - portions Est et Centre
Secteur Jarry portion Est lot 1
Secteur Iberville - portion Nord
Sécurisation des falaises lot 2
Repères -  lot 1
BLOC 3 (2021)
Secteur Plaine - portion Ouest
Secteur Boisé - portion Ouest
Secteur Champdoré
Secteur Jarry - portion Est lot 2
Secteur Jarry - portion Ouest
Repères lot 2
Œuvres dart épmères lot 1
Passerelle Est-Ouest
Sécurisation des falaises - lot 3
BLOC 4 (2023)
Secteur du Lac
Secteur Terrasses portions Ouest et Sud
Secteur Jarry - portion Centre

Quels sont les éléments qui font de la transformation du CESM un projet de réhabilitation exemplaire et novateur en Amérique du Nord? Présentez quelques exemples de pratiques innovantes mises en œuvre sur le site.

La transformation de ce parc unique par son histoire et par les vestiges laissés par ses vocations antérieures représente l’un des plus ambitieux projets de réhabilitation environnementale jamais entrepris en milieu urbain en Amérique du Nord.

Sous le thème de la métamorphose, l’aménagement proposé du parc mettra en valeur les vocations antérieures du site, tout en répondant à sa mission de développement durable, tant par la pratique des 3-R que par les mesures favorisant l’éducation environnementale :

  • Réhabilitation de la zone excavée et du site d’enfouissement : recouvrement final du site d’enfouissement, récupération du biogaz, traitement du lixiviat, surveillance écologique.
  • Utilisation de la technologie verte sur l’ensemble du CESM, tant chez les partenaires privés que institutionnels : chauffage écologique, ventilation naturelle/hybride, géothermie passive et bac à glace.
  • Gestion des matières résiduelles pour les réduire : récupération et recyclage de matériaux, valorisation des sols contaminés et des biogaz, compostage de feuilles, récupération des résidus verts pour créer le paillis, etc.
  • Architecture paysagère en harmonie avec la nature et l’environnement : bassin de rétention naturalisé, éléments architecturaux recyclés, jardins expérimentaux et art nature. Longeant le périmètre du parc, quatre repères visuels seront installés pour signaler la présence du parc dans la ville et pour orienter les visiteurs une fois à l’intérieur.
  • Projet global de développement culturel, social et économique basé sur la participation communautaire : planification du site discutée avec les citoyens, participation accrue du public et meilleure sensibilisation à l’environnement, consolidation de la position de Montréal comme capitale internationale des arts du cirque et revitalisation du quartier dans lequel est aménagé le CESM, contribution au développement culturel, social et économique du secteur.

Quels ont été et quels sont les défis rencontrés dans cette transformation d’un site d’enfouissement en un grand parc d’envergure métropolitaine?

Le développement et l’aménagement du CESM ont posé et posent toujours de grands défis. Ce projet a exigé et exige encore de nombreuses interventions techniques, environnementales, sociales et économiques. À long terme (2023), il gagnera une renommée internationale pour son caractère innovateur présent dès le départ. Nous espérons partager notre expérience et être une source d’inspiration pour d’autres villes ou gouvernements aux prises avec des problèmes semblables.

Le CESM représente un immense complexe éducatif et environnemental aménagé dans un vaste espace vert offrant un éventail d’activités sportives, culturelles, récréatives et environnementales. Il est ouvert graduellement au public (plus de 98 ha sont déjà accessibles). Les installations liées aux activités récréatives du quartier ainsi que du Grand Montréal sont actuellement en cours de planification. L’accent est mis sur le rôle éducatif du site et l’aspect recherche et expérimentation est valorisé. À cela s’ajoutent des plantations d’arbres et d’arbustes indigènes et la création de xéropaysages (minimum d’arrosage).

Ce projet innove principalement par son approche globale, qui inclut aussi des éléments culturels. Il était nécessaire de trouver de nouvelles idées, solutions et façons de faire pour réaliser ce projet exceptionnel.

Comment le parc s’intègre-t-il dans son environnement local et dans la vision plus large de la trame verte et bleue active montréalaise?

Le plan d’ensemble du CESM a permis de suggérer aux arrondissements concernés un verdissement des rues donnant sur les entrées du parc, un peu comme si le parc débordait dans les quartiers adjacents.

Une passerelle facilitant la circulation entre l’est et l’ouest à la hauteur de la rue Émile- Journault permettra de connecter les quartiers de Saint-Michel et du Boisé-St-Sulpice - un peu comme si on comblait le lien entre les deux quartiers qui auraient été séparés par la carrière, même si ces quartiers se sont développés bien après la carrière.

Un travail se fait présentement avec l’arrondissement pour connecter le quartier Villeray, au sud de la Métropolitaine, avec le CESM et la rue Jarry, pour lequel un PPU a été adopté par l’arrondissement et dont le principal objectif est de revaloriser ce secteur, en lien avec le développement du parc Frédéric-Back et du CESM en général.

Trame verte et bleue

Les aménagements du parc qui favorisent les écosystèmes fauniques, la végétalisation du site, les mesures environnementales de gestion écologique de l’eau de ruissellement ainsi que les moyens mis en place pour favoriser les transports en commun et actif plutôt que les déplacements en voiture, sont autant de mesures prises pour contribuer aux efforts de la Ville non seulement à réduire les îlots de chaleur et les émissions de gaz à effets de serre, mais aussi à augmenter la canopée et la biodiversité de Montréal. Le parc est donc une contribution directe à la trame verte et bleue de Montréal.