Mont-Royal : La montagne nécessite encore des actions à court terme

Éditorial de Coralie Deny, directrice du CRE-Montréal, de Félix Gravel, directeur adjoint et responsable Transport, GES et aménagement du territoire ainsi que d'Emmanuel Rondia, responsable Espaces verts et milieux naturels

 

Bijou écologique, patrimoine montréalais emblématique, lieu de récréation et d’activité physique, le site du Mont-Royal bénéficie sans aucun doute d’attention et de reconnaissance. Plusieurs gestes au cours des dernières années lui ont été bénéfiques, comme l'aménagement de l’entrée Peel, la réfection du lac aux Castors, l’amorce de la promenade fleuve-montagne et l'aménagement en cours du nouveau seuil dans le secteur Cedar-Côte-des-Neiges. Toutefois, des gestes importants à court terme doivent encore être posés afin de corriger des problématiques et saisir des occasions.

 

Empêcher la circulation de transit sur Camilien-Houde ainsi que sécuriser l’accès vélo et piéton en général

Le récent décès d’un cycliste sur la voie Camilien-Houde est venu rappeler la désuétude de cet axe pensé depuis plusieurs décennies pour les automobiles. Traversant la montagne d’est en ouest, Camilien-Houde est actuellement utilisé comme raccourci par de nombreux conducteurs qui l'empruntent en tant que voie de transit. Les dernières transformations, bien que ralentissant la circulation, s’avèrent insuffisantes pour rendre cette voie vraiment sécuritaire et conviviale pour les cyclistes et les piétons. À une époque où nous parlons de rue partagées, de pistes cyclables et de Vision Zéro, il est vraiment temps de reconfigurer cette voie qui traverse le parc. Nous pouvons bien sûr maintenir l’accès motorisé au Mont-Royal pour les personnes qui s’y rendent comme lieu de destination, cela étant nécessaire notamment pour les personnes à mobilité réduite ou encore pour le transport en commun. Toutefois, nous devons apaiser et limiter la circulation automobile afin de favoriser les usages usuels d’un parc, soit la marche, la bicyclette et la contemplation paisible de la nature et des points de vue.

L’avenue du Parc mérite aussi d’être repensée dans ce secteur, puisque, encore aujourd’hui,  elle demeure un boulevard de type autoroutier. Malgré la récurrence des accidents, dont celui d’une piétonne en janvier 2016, sa configuration n’a pas été modifiée. Pensons à la traversée est-ouest au niveau de la Place George-Étienne Cartier et de la rue Mont-Royal.

 

Réaménager l’échangeur Remembrance

L’actuel échangeur, digne d’une architecture autoroutière, est en piteux état. Voici donc une magnifique occasion de planifier dès maintenant sa transformation en gardant à l’esprit d’en faire une belle entrée au parc et un accès agréable pour les piétons et cyclistes en lien avec la rue Côte-des-Neiges et la montée vers le parc Summit à Westmount. Avant que l’urgence n’oblige à procéder au plus vite, offrons au Mont-Royal le temps nécessaire pour élaborer le meilleur concept.

 

Préserver et ouvrir au public la piscine de l’Hôpital Royal-Victoria

Le groupe de citoyens montréalais Les amis de la piscine Royal-Victoria fait des démarches pour demander la réouverture de la piscine. Pour cela, il souhaite la mise en place d'un partenariat entre le CUSM (toujours propriétaire du terrain), la Ville de Montréal, le gouvernement du Québec et le milieu associatif montréalais.

Depuis 2014, les Amis consacrent leurs efforts d’une part à documenter l’histoire du site et sa valeur patrimoniale associée au Mont-Royal ainsi qu’à la famille de Henry William Morgan et d’autre part à connaître la réalité foncière de ce site. Voilà une belle initiative citoyenne pour une bonification des activités possibles sur le site de la montagne.

 

Régler la question de la pratique du vélo de montagne en forêt

Le Mont-Royal est un lieu très prisé des adeptes du vélo de montagne, dénivellations obligent. Malheureusement, cette pratique se fait actuellement en partie hors des sentiers aménagés et amène son lot de conflits avec l’usage « promenade à pied ». De nombreux sentiers informels se créent, contribuant ainsi à la dégradation des milieux naturels.

L’engouement pour ce sport observé ces dernières années, et de ce fait son usage croissant sur la montagne, requiert une intervention rapide. Des mesures concrètes d’aménagement et de sensibilisation doivent être prises pour protéger les milieux naturels exceptionnels de la montagne.

La récente étude de Vélo-Québec sur le potentiel du vélo de montagne sur l’île de Montréal est un pas dans la bonne direction dans cette réflexion. Pour la montagne, il faut décider collectivement de ce qui est possible ou pas sur ce site pour ensuite poser les gestes nécessaires afin de bien encadrer la pratique du vélo de montagne là où elle serait maintenue.

 

Redoubler d’efforts pour lutter contre l’agrile du frêne

Les opérations d’abattage de frênes vont s’intensifier dans les prochains mois sur la montagne. D’ici mars 2019, 4 000 arbres seront coupés uniquement dans le parc du Mont-Royal et une stratégie de reboisement a été annoncée pour le parc.

Cependant, le site du Mont-Royal ne se limite pas au parc. Il regroupe aussi un grand nombre de propriétaires privés, dont les grandes institutions. Afin de limiter au maximum les impacts du passage du ravageur sur le visage de la montagne, il est nécessaire d’adopter une approche concertée et commune pour l’ensemble du site patrimonial.