Propositions des membres du CRE-Montréal concernant le 2e PSDD

Le CRE-Montréal a réuni ses membres pour son forum annuel en mettant l’accent sur l’élaboration du 2ème Plan stratégique de développement durable de la collectivité montréalaise. Les longues et fructueuses discussions sur ce sujet ont permis de dégager bon nombre de commentaires dans la perspective de construire un Plan réaliste mais audacieux et qui chercherait à permettre une contribution véritable de la collectivité montréalaise. Tout d’abord, les membres du CRE-Montréal ont discuté donc du processus pour l’élaboration du PSDD, cela avant même de parler du contenu. Les commentaires à cet égard se retrouvent ci-dessous.

Concernant les points apportés par les membres du CRE-Montréal visant à bonifier les propositions d’actions apportées aux partenaires du PSDD le 25 février dernier, il est bien entendu que cet exercice de réflexion ne signifie pas que les éléments suggérés et présentés ci-dessous sont les seuls que les membres du CRE-Montréal souhaitent faire. Pour compléter cela, il est nécessaire de bénéficier de davantage temps. Il est à noter que certaines suggestions s’adressent uniquement au secteur municipal mais que d’autres peuvent s’appliquer dans tous les secteurs d’activités.

Commentaires sur le processus :
• Échéancier beaucoup trop serré pour donner des commentaires sur les actions proposées lors de la rencontre des partenaires du 18 février dernier ;
• Les partenaires n’ont pas été consultés sur l’ensemble du PSDD, notamment sur les contributions de la Ville de Montréal et n’ont donc pas une vision d’ensemble du futur PSDD;
• Afin d’accroître la légitimité et le sentiment d’appropriation par les partenaires en premier et par l’ensemble de la collectivité montréalaise dans un second temps, il est nécessaire de mettre en place une consultation publique sur le projet de PSDD avant son adoption finale;
• Il aurait été préférable que le 2ème PSDD soit élaboré après que le bilan du 1er PSDD ait été réalisé;
• Concernant le bilan des actions réalisées dans le cadre du PSDD, établi sur une base volontaire, il serait nécessaire de s’assurer de l’efficacité des actions entreprises par les partenaires.

Objectif 1 portant sur la réduction des émissions de GES de la collectivité montréalaise
Réduire de 30% l’émission des GES par rapport à 1990 d’ici 2020

• L’objectif chiffré est réalisable dans la mesure où des mesures beaucoup plus audacieuses sont mises en œuvre dans le Plan de réduction
• Au niveau de l’aménagement du territoire :
o Favoriser une densification lors de la revitalisation des quartiers centraux;
o S’assurer que tous les nouveaux projets immobiliers résidentiels aient une densité élevée, soient situés à proximité des transports en commun et bénéficient de services de proximité;
• Au niveau du transport :
o Diminuer l’offre de stationnement;
o S’assurer de la réduction du nombre de véhicules/km parcourus dans les gros projets autoroutiers comme Notre-Dame et Turcot;
o Exiger du MTQ qu’il développe des projets autoroutiers qui visent à diminuer la circulation automobile sur l’île;
o Mettre en place un réseau de voies réservées pour le covoiturage sur le réseau autoroutier;
o Instaurer des péages
o Gouvernance pour mener à bien le plan de transport
o Étendre le réseau Bixi de façon beaucoup large (au-delà des zones desservies par le métro);
• Au niveau des bâtiments :
o Mettre en place des mécanismes de conversion du mazout et du gaz naturel vers la géothermie et l’électricité pour le chauffage et la climatisation résidentielle et commerciale.

Objectif 2 portant sur la concentration de particules fines dans l’air ambiant
Atteindre le standard pancanadien en matière de concentration de PM 2,5 dans l’air ambiant

• Diminution de l’utilisation du mazout : influencer la réglementation pour les activités portuaires;
• S’assurer de l’adoption et de l’application de programmes d’inspection obligatoire des véhicules et de mise à la ferraille des vieux véhicules;
• Adopter un règlement interdisant l’utilisation des poêles à bois pour tout le territoire de l’île de Montréal;
• Sensibilisation des conducteurs visant à améliorer la conduite automobile;

Objectif 3 portant sur la rétention des familles
Diminuer de 25% le solde migratoire entre Montréal et la banlieue d’ici 2012 (axé sur les 25-44 ans)

• Aménager des quartiers verts;
• Mettre en place des mesures d’apaisement de la circulation dans tous les arrondissements et villes liées;
• Favoriser davantage l’agriculture urbaine;
• Augmenter l’accès à l’eau (activités non motorisées);
• Augmenter le nombre et la superficie des parcs locaux;
• Augmenter les services de proximité dans les quartiers;
• Étendre le programme TYPE Éco-quartier pour accroître la sensibilisation et la participation des citoyens;
• Obliger l’enregistrement des baux pour permettre plus de transparence pour les nouveaux locataires;
• Demander au gouvernement du Québec de mettre un impôt sur le gain en capital sur la spéculation immobilière.

Objectif 4 portant sur la réduction de la production d’eau potable
Réduire de 15% la production d’eau potable par rapport à 2000 d’ici 2015

• S’assurer de la mise en place des compteurs d’eau dans les ICI;
• Développer un programme de financement de toilettes à faible débit;
• Des actions doivent être menées au niveau des eaux usées au niveau de la collectivité montréalaise :
o Réaliser le décrochage des gouttières afin d’éviter que les eaux pluviales soient envoyées sur les surfaces minéralisées;
o Sensibiliser à l’importance d’améliorer la gestion des eaux usées.

Objectif 5 portant sur la récupération des matières recyclables et organiques, des RDD, des résidus CRD (construction, rénovation, démolition) et encombrants
Récupérer 80% des matières résiduelles d’ici 2019

• Adopter une Politique d’achat responsable;
• Mettre en œuvre des actions de réduction à la source;
• Mettre en place la récupération des matières recyclables dans tous les lieux publics (rues, places, bâtiments et parcs);
• Respecter l’ordre de priorité 3 RV défini dans le PDGMR : mettre de l’avant l’importance du réemploi et pour cela adopter de cibles claires et jumeler les activités de réemploi avec les entreprises d’économie sociale;
• Eu égard aux changements de pratique à venir, mettre davantage l’emphase sur la sensibilisation et l’éducation auprès des citoyens;
• Prendre en compte l’importance des initiatives de compostage individuel et communautaire;
• Assurer un leadership auprès du gouvernement du Québec pour augmenter la responsabilité élargie des producteurs concernant les RDD en augmentant la liste des produits soumis au futur règlement adopté par Québec;
• Augmenter le nombre de collecte de RDD et en faire la promotion.

Objectif 6 portant sur l’industrie de l’environnement et les technologies propres
Positionner Montréal en tant que leader nord-américain dans le domaine de l’industrie de l’environnement d’ici 2020

• Impliquer les partenaires (ex. CDEC) qui peuvent aider au financement, à l’utilisation des technologies propres au sein des organisations;
• Donner accès aux Best Available Technology pour les entreprises très polluantes afin de les outiller pour mieux faire;
• Favoriser l’accès aux marchés publics pour les entreprises d’économie sociale;
• Intégrer un aspect réglementaire pour que les technologies propres s’insèrent à grande échelle dans les organisations.

Objectif 7 portant sur le nombre d’entreprises industrielles, commerciales et institutionnelles qui possèdent une certification environnementale ou qui adhèrent à un programme environnemental volontaire sur l’île de Montréal
Augmenter de 30% le nombre d’entreprises certifiées

• Intégrer ce critère dans la Politique d’achat, notamment pour la ville de Montréal;
• Mettre en place des incitatifs financiers;
• Assurer une forme de reconnaissance des entreprises qui adoptent des certifications en leur offrant de la visibilité;
• Rendre obligatoire certaines certifications.

Objectif 8 portant sur l’amélioration des infrastructures vertes à Montréal, sur la protection du territoire montréalais et sur le développement des indicateurs de biodiversité
Augmenter de 5% la canopée par rapport à 2007 d’ici 2025

• Adopter deux objectifs : un sur la biodiversité, l’autre sur le verdissement;
• Difficulté de compréhension de l’objectif chiffré : sur quoi est basé le taux de 5% de canopée? Pourquoi l’échéancier de 2025?
• Augmenter le pourcentage d’aires protégées visé sur l’île de Montréal;
• Assurer la protection des terres agricoles dans l’ouest de l’île (comprenant celles de l’île Bizard);
• Systématiser l’intégration de jardins communautaires dans les nouveaux projets de développement comme Griffinton;
• Établir un nombre obligatoire d’arbres à avoir sur les terrains résidentiels;
• Obligation de conserver 10% minimum d’espaces verts lors de nouvelles constructions;
• Adopter une réglementation pour limiter la minéralisation des terrains privés (y compris résidentiels);
• Intégrer des mesures de protection et de mise en valeur de la faune;
• Établir clairement la capacité limite du Mont-Royal;
• Protéger les espaces verts existants sur les terrains institutionnels;
• Porter une attention particulière aux quartiers centraux et défavorisés de Montréal pour le verdissement;
• Intégrer les questions d’espèces indigènes et d’espèces envahissantes dans la notion de biodiversité.