Repenser le prolongement du boulevard Assomption sans boucle autoroutière : un incontournable pour faire du secteur Assomption Sud - Longue-Pointe un véritable écoparc

Dans le cadre de la consultation sur le secteur Assomption Sud - Longue-Pointe, le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) a présenté son mémoire « Secteur Assomption Sud - Longue-Pointe : Qualité de vie, résilience et connexions » le 24 avril à l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM).

La requalification du secteur Assomption Sud - Longue-Pointe, un secteur de planification stratégique situé à seulement quelques kilomètres du centre-ville de Montréal, présente des défis, mais aussi de nombreuses occasions d’intégrer des façons innovantes d’aménager et de gérer un territoire élargi où cohabite une diversité d’usages, de projets et d’acteurs, tant publics que privés. Pour y arriver, il est nécessaire de s’appuyer fermement sur une vision de résilience qui, ultimement, contribuera tant à l’essor économique de la métropole qu’à l’amélioration de la qualité de vie des résidents et des travailleurs.

Désenclaver les quartiers résidentiels et les pôles d’emploi par des réseaux de mobilité durable dignes du 21e siècle, harmoniser les usages sur le territoire en veillant à créer des milieux de vie sains, agréables, à échelle humaine, et consolider la trame verte et bleue sur le territoire concerné et au-delà sont les trois stratégies indissociables grâce auxquelles nous pourrons effacer certaines des cicatrices laissées sur le paysage et l’âme du secteur Assomption Sud–Longue-Pointe et entamer un nouveau chapitre de son histoire.

Un projet routier à revoir

Le projet de prolongement du boulevard de l’Assomption et sa jonction avec l’avenue Souligny vont orienter fortement l’avenir du secteur Assomption Sud - Longue-Pointe. Actuellement, nous ne pouvons qu’être déçus de la mouture proposée par la Ville de Montréal, le ministère des Transports et le Port de Montréal. Avec une boucle de type autoroutier d’une hauteur de 9 mètres pour assurer la connexion entre Souligny et l’Assomption, la multitude de bretelles et l’absence de toute option de lien est-ouest, ce projet a des allures de projet autoroutier en plein coeur de la ville.

Cette configuration met en effet en péril la perméabilité de la trame de rue, la convivialité des cheminements piétons et cyclistes, la sécurité des déplacements; bref, toute l’échelle humaine et les éléments en faveur de la mobilité durable auxquels on est en droit de s’attendre dans un écoparc industriel exemplaire.

Le recours à la boucle est associé à l’interdiction d’aménager des passages à niveau. Bien que nous reconnaissons qu’il est essentiel d’assurer la sécurité du public, nous considérons qu’il est totalement injustifié d’aménager une telle structure pour accommoder le passage de 2 trains... par semaine! Il faut bien reconnaître que le bien-être et la sécurité sont compromis d’une multitude d’autres manières par l’aménagement d’une boucle autoroutière et la mauvaise intégration de la mobilité active au projet. Nous invitons les porteurs du projet à s’asseoir avec le CN pour trouver un compromis acceptable dans l’application d’une norme de sécurité mal adaptée à un contexte urbain et à la proximité de milieux de vie dynamiques, et ainsi permettre l’aménagement de passages à niveau dans le cas du boulevard Assomption.

Le scénario avec boucle a également des implications majeures en termes écologiques et paysagers. En effet, le projet compromet l’un des derniers milieux naturels du secteur (« boisé Steinberg »), une mosaïque de friches, de bosquets et de milieux humides, qui joue un rôle important dans la gestion des eaux, la lutte aux îlots de chaleur, la biodiversité locale et la connectivité écologique à plus large échelle. Cet écosystème est également l’un des derniers témoins du ruisseau de la Grande Prairie sur le territoire, le cours d’eau qui a donné son nom au projet d’écoparc industriel porté par la Ville. Plutôt que d’éroder, fragmenter et ceinturer ce milieu naturel, il faudrait le préserver, le mettre en valeur, et renforcer ses connexions avec d’autres composantes de la trame verte et bleue.

Il nous apparaît donc nécessaire que les parties prenantes prennent le temps de présenter une proposition faisant de l’Assomption et de Souligny de véritables boulevards urbains et de développer à leur intersection, un scénario de connexion sans boucle ni autres éléments autoroutiers. Le choix de l’aménagement retenu sera crucial et déterminera si nous créerons une barrière ou un lien, une voie conviviale pour tous les usagers de la route ou des axes de circulation dédiées strictement aux véhicules motorisés. Les voies sont construites pour les prochaines décennies et nous ne pouvons donc pas nous permettre d’hypothéquer le futur de l’écoparc et des quartiers Guybourg et Haig-Beauclerk.

Qualité de vie, résilience, connexions

Plus globalement, trois autres grandes actions phares nous semblent incontournables :

  • Protéger et mettre en valeur les composantes de la trame brune, verte et bleue, notamment celles qui évoquent le ruisseau de la Grande Prairie, et instaurer un principe exigeant de compensation des milieux naturels perdus ou érodés.
  • Appliquer sur le territoire de l’écoparc des normes exigeantes pour encadrer l’aménagement et les pratiques d’entreprise, et accompagner les entreprises (nouvelles ou déjà établies) dans leur démarche de conformité à ces standards.
  • Faire preuve de leadership et, à court terme, poser tous les gestes qui permettront d’orienter le développement de la zone visée dans la direction souhaitée.

Dans le mémoire, fruit d’une réflexion collective et concertée avec nos partenaires, sont détaillées 17 recommandations autour des thématiques suivantes  :

  • Des choix importants à faire pour la mobilité durable
  • Des éléments naturels à protéger, enrichir ou créer
  • Des propositions d’aménagement intégré – verts, bleus et actifs
  • Des pratiques industrielles exemplaires
  • Une saine cohabitation des usages et une réduction des nuisances
  • Une gouvernance et un leadership forts

La réussite de ce projet ambitieux passe par une approche multiscalaire et multipartenariale. C’est grâce à un arrimage entre le territoire Assomption Sud - Longue-Pointe et son environnement urbain plus large, une cohérence à travers le temps et une complémentarité des actions des divers paliers gouvernementaux et des acteurs du milieu que pourra réellement s’ancrer la vision de l’écoparc industriel au plus grand bénéfice de la collectivité montréalaise.

Mots-clés :