Premières impressions du budget municipal : Une place de choix pour la nature et la mobilité durable

Montréal, le 8 novembre 2018 – Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) partage ses premières impressions, qui n’ont donc pas la prétention d’être une analyse exhaustive, à propos du budget de la ville de Montréal (de fonctionnement et PTI 2019-2012) qui vient tout juste d’être rendu public.

Une bonne nouvelle pour la nature en ville qui se voit allouer 60 M$ pour l’acquisition de nouveaux espaces verts, presque autant pour les parcs locaux et les grands parcs (57 M$ pour chaque catégorie), 41,5 M$ pour la gestion de la forêt urbaine et 3,3 M$ pour les liens verts actifs. Ce sont près de 215 M$ qui bénéficieront directement à la partie non minérale du territoire. Même si l’on sait que cela reste insuffisant pour préserver adéquatement l’ensemble du patrimoine naturel de Montréal, cela représente une belle avancée dans cette direction. Espérons que les espaces verts et bleus que sont les ruisseaux sauront bénéficier aussi de ces sommes.

À souligner dans cette optique, la volonté du Service des Grands parcs, du mont Royal et des sports, de former un groupe de travail dédié au programme d’acquisition qui favoriserait la concertation entre les différentes instances et paliers de gouvernement en vue d’optimiser les efforts de conservation.

Notons aussi une bonne nouvelle : le projet d’agriculture urbaine et de ferme urbaine dans le parc Angrignon est au programme.

Un élément à surveiller : 88 M$ sont prévus pour le parc Jean-Drapeau pour le maintien et le développement de l’actif (ce qui dépasse les 60 M$ prévus pour l’acquisition à l’échelle de l’île). Cet investissement étant repris dans la section « espaces verts et parcs », il faut espérer qu’une part importante de cet argent sera alloué à la nature dans le parc.

La mobilité active va chercher un gros morceau de l’enveloppe pour les transports actifs : près de 90 M$ pour agrandir le réseau cyclable, notamment pour le programme de développement du Réseau express vélo (REV) et plus de 437,5 M$ (PTI) pour le nouveau programme d’aménagement des rues qui permettront le réaménagement des rues de la métropole en intégrant les questions de sécurité et la réallocation de l’espace en faveur de la mobilité active. La Vision zéro pourra aussi se traduire concrètement avec, entre autres, une enveloppe de 38,5 M$ pour le programme de sécurisation des abords des écoles.

Le CRE-Montréal souligne que les infrastructures liées à l’eau et aux matières résiduelles ont une grosse part du gâteau : 1,5 M$ sur trois ans au PTI pour l’eau et 300 M$ pour les matières résiduelles (cinq infrastructures de traitement des matières organiques, un centre de tri et de nouveaux écocentres).

Même si la complexité de ce document mérite une lecture plus approfondie, la première impression du CRE-Montréal est très favorable : l’environnement, la mobilité durable et l’aménagement y trouvent une place prépondérante. Une prochaine année qui devrait voir plusieurs réalisations importantes dans ce domaine.

 

-30-

 

Pour information

Caroline Gosselin, coordonnatrice des communications et événements
CRE-Montréal
cgosselin@cremtl.qc.ca
514-842-2890, poste 222, ou 438-488-9264

À propos du CRE-Montréal

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal est un organisme à but non lucratif indépendant, consacré à la protection de l’environnement et à la promotion du développement durable sur l’île de Montréal. Par le regroupement et la concertation de ses membres, par ses activités de sensibilisation, de représentation publique et ses différents projets-action, il contribue à l’amélioration de la qualité des milieux de vie et de l’équité sociale sur l’île de Montréal. www.cremtl.qc.ca