Pour un grand parc dans l’est de Montréal : Il est urgent que l’administration municipale empêche l’asphalte de prendre le dessus sur le golf d’Anjou

Montréal, le 26 mars 2018 – Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) interpelle l’administration montréalaise afin qu’elle agisse rapidement pour éviter la disparition sous l’asphalte d’une partie importante du Club de Golf Métropolitain Anjou. Alors que depuis l’adoption de la Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels en 2004, moins du quart des dépenses pour l’acquisition de terrains (23 %), soit 11,8 M$ sur 45,68 M$, a été consacré à l’est de Montréal, l’administration a une belle occasion de poser un geste fort en faveur d’une équité territoriale et sociale en termes d’accès aux espaces verts en assurant la protection de l’ensemble du golf.

« Il faut agir rapidement, car le golf est un des derniers poumons verts du secteur qui en manque dramatiquement. Il serait catastrophique et injuste d’en priver la population de l’est de Montréal en permettant sa transformation en zone commerciale et industrielle. Il faut prioriser la qualité des milieux de vie pour les personnes qui résident ou travaillent dans cette partie de Montréal »,  souligne Coralie Deny, directrice générale du CRE-Montréal.

Il y a urgence d’agir

Le temps file et plusieurs éléments indiquent que la disparition de la végétation pourrait débuter prochainement si rien n’est fait. Promotion des terrains pour le développement, modifications du règlement de zonage pour la partie sud du golf : l’arrondissement d’Anjou a multiplié les actions en faveur d’un développement. La ville de Montréal doit donc agir tout aussi rapidement pour inverser la tendance et enclencher un processus d’acquisition.

Un enjeu de santé publique

Alors que l’Est est appelé à connaître des transformations importantes dans les prochaines décennies, incluant l’augmentation du nombre de ses résidents, c’est le moment d’assurer la pérennité des espaces verts déjà présents aux fins de parc et de renforcer la biodiversité sur le territoire.

En 2016, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS)* de l'Est-de-l'Île-de-Montréal publiait des données indiquant que l’espérance de vie des résidents de l’est de Montréal est raccourcie de neuf ans par rapport aux personnes vivant dans l’ouest de l’île. Or, il est aujourd’hui bien connu qu’il existe un lien direct entre santé physique et mentale et accès à la nature.

L’occasion de doter l’est de Montréal d’un grand parc  

La préservation de cet espace vert, dans la perspective de créer un grand parc en l’associant au parc-nature du bois d’Anjou, est totalement cohérente avec les multiples efforts de verdissement qui sont faits actuellement par un grand nombre d’acteurs de l’est de Montréal, entre autres dans le cadre de la campagne ILEAU. Ces efforts doivent être appuyés, pas découragés.

La protection du Club de Golf Métropolitain Anjou et son intégration à l’actuel parc-nature du bois d’Anjou, espace de 40 ha aujourd’hui toujours non aménagé et inaccessible depuis son acquisition en 1992, permettrait d’offrir à la population et aux travailleurs de l’est de Montréal un grand parc de plus de 100 ha.

Localisation du Grand Parc de l'Est, crédit : CRE-Montréal

Créer un grand parc dans l’Est permettrait également, par la renaturalisation du golf, de contribuer à l’atteinte de l’objectif de protection de 10 % de milieux naturels fixé dans le schéma d’aménagement et de développement de Montréal en 2015. L’ensemble permettrait de préserver une mosaïque d'habitats unique ; une manière d’aider la biodiversité en ville.

« L’administration municipale doit être cohérente avec ses politiques tant environnementales que sociales. Les populations de l’est de Montréal ont le droit d’avoir accès à un milieu de vie plus vert et un accès suffisant à la nature. Dans ce cas, le choix est clair », ajoute Mme Deny.

Le CRE-Montréal souhaite donc une action rapide de l’administration publique en faveur de la protection et de la mise en valeur de ce qui devrait devenir une partie du patrimoine naturel et récréatif montréalais.

Consultez la fiche des investissements liés à la protection et la mise en valeur des milieux naturels entre l’est et l’ouest de l’île de Montréal pour plus de détails.

___________

*http://ici.radio-canada.ca/regions/montreal/2016/02/16/001-esperance-vie-est-montreal-ouest-ciusss-est-ile.shtml

 

-30-

À propos du Conseil régional de l’environnement de Montréal

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal), l'instance régionale en environnement, est un organisme à but non lucratif indépendant, consacré à la protection de l’environnement et à la promotion du développement durable sur l’île de Montréal. Par le regroupement et la concertation de ses membres, par ses activités de sensibilisation, de représentation publique et ses différents projets-action, il contribue à l’amélioration de la qualité des milieux de vie et de l’équité sociale sur l’île de Montréal. www.cremtl.qc.ca

Pour plus de renseignements ou planifier une entrevue, contactez :

Caroline Gosselin
Coordonnatrice des communications et événements
Conseil régional de l’environnement de Montréal
cgosselin@cremtl.qc.ca
514-842-2890, poste 222
438-488-9264

Mots-clés: