Le gouvernement ontarien de Doug Ford continuera d’investir beaucoup plus en transport en commun que le Québec

Le gouvernement ontarien de Doug Ford continuera d’investir beaucoup plus en transport en commun que le Québec

Pour une deuxième année consécutive, TRANSIT, l’Alliance pour le financement des transports collectifs, publie aujourd’hui une fiche comparative des investissements en transport collectif au Québec et en Ontario. Après analyse des documents budgétaires des deux provinces et des engagements du nouveau premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, on constate que la province ontarienne continuera à investir beaucoup plus en transport en commun que le Québec, toutes proportions gardées.

L’année dernière, les ratios d’investissements presque parfaitement inversés avaient marqué les esprits : au Québec, 70 % des investissements du ministère des Transports allaient aux routes et 30 % aux transports collectifs. C’était l’inverse en Ontario. Cette comparaison a ensuite été fréquemment reprise dans le débat public, notamment au forum sur la mobilité et le transport collectif ​​​​​tenu le 23 avril 2018 à Laval.

En dépit de quelques bonnes nouvelles, le gouvernement du Québec a encore beaucoup à faire et devra investir massivement en mobilité durable partout sur le territoire pour rattraper le retard.

Des prévisions d’investissements toujours fortement contrastées

« Malgré un certain accroissement des investissements au Québec, les documents budgétaires démontrent en fait un écart qui s’accroît entre les deux juridictions. Pour la prochaine décennie, l’Ontario prévoit maintenant investir plus de 5 fois plus par habitant pour des projets de mobilité durable. Il faut combler l’écart », clame Tania Gonzalez, responsable des campagnes Transport, GES et aménagement du territoire du CRE-Montréal.

« Certes, la Politique de mobilité durable du Québec déposée ce printemps est un grand pas en avant. De même, la confirmation de quelques grands projets (réseau structurant de Québec, prolongement de la ligne bleue, SRB Pie-IX) envoie un signal positif, souligne Philippe Cousineau Morin, directeur de Trajectoire Québec. Plusieurs montants associés à ces projets restent toutefois à être confirmés. Et même en incluant les sommes prévues pour les nouveaux projets, on est encore à une fraction du niveau d’investissement ontarien. »

Un sondage présenté lors du forum lavallois a d’ailleurs démontré qu’une majorité des citoyens de la Rive-nord de Montréal croit désormais qu’il est plus urgent d’investir en transport collectif. Or, on constate que malgré une augmentation de 3% de la part des transports collectifs au Québec, l’écart avec l’Ontario s’est encore accru à la suite du dernier exercice budgétaire, lors duquel le gouvernement Ontarien a augmenté de 19 milliards les investissements en transport collectif pour la prochaine décennie.

Qu’attendre des nouveaux gouvernements québécois et ontariens ?

Après avoir passé en revue les quelques engagements électoraux et déclarations du nouveau premier ministre Doug Ford, il semble peu probable que son gouvernement n’abaisse le niveau d’investissement à des niveaux comparables à ceux du Québec.

En dépit d’engagements financiers incomplets, et d’une aversion souvent exprimée quant aux projets de Tramway, Doug Ford s’est tout de même engagé à conserver la plupart des grands projets prévus dans le Grand Toronto et même à investir 5 milliards de plus pour l’expansion du réseau de métro.

À l’approche de la campagne électorale, qui aura lieu en septembre prochain, on espère que le prochain gouvernement du Québec, qui a récemment lancé une politique de mobilité durable, fera au moins aussi bien que l’Ontario pour le développement de l’offre de transport collectif !

L’Alliance TRANSIT tient enfin à souligner qu’elle continuera à appuyer le gouvernement du Québec dans la promotion du marché du carbone, une excellente source de financement pour les transports collectifs.

 

Annexe

Pour tous les détails, consulter la fiche comparative.

 

-30-

 

À propos

La mission de TRANSIT est de favoriser le développement et l’amélioration des services de transports collectifs au Québec, en s’assurant qu’ils reçoivent le financement nécessaire pour permettre au plus grand nombre possible de citoyens d’en bénéficier. Depuis sa création en août 2011, TRANSIT publie des rapports d’analyse et fait état de plusieurs recommandations pour pallier la crise des transports et aider le gouvernement et les organisations de transports collectifs à atteindre leurs objectifs d’achalandage d’ici 2020.

Source

Samuel Pagé-Plouffe
Cell : 514.714.6762
info@transitquebec.org

Enjeux: