Prolongement de l’autoroute 19 : Journée de mobilisation pour demander un boulevard urbain

 

Une nouvelle coalition tient aujourd’hui une journée de mobilisation pour demander aux élus des différents paliers de gouvernement de se positionner en faveur d’un boulevard urbain entre la Rive-Nord de Montréal et la métropole dans le dossier du parachèvement de l’autoroute 19. À l’aube des élections municipales et provinciales, la Coalition pour un boulevard Papineau compte interpeller les candidats sur cette question et les inciter à prendre des décisions en matière de transport et d’aménagement qui soient cohérentes avec leurs engagements environnementaux. Cela commence par la présentation du scénario de boulevard urbain en lieu et place du projet de prolongement de l’A-19.

La Coalition souhaite que soit définitivement mise de côté l’option d’un tronçon autoroutier, longtemps envisagée par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports du Québec. En effet, bâtie au coût de plus de 600 millions de dollars, cette autoroute accusera un retour à la congestion anticipé aussi tôt qu’en 2030. La Coalition est préoccupée par les enjeux de sécurité, de qualité de vie et de qualité de l’air dans les arrondissements avoisinant l’axe Papineau, le volume de circulation de transit étant appelé à augmenter si un projet d’autouroute se concrétise.

« La sécurité de nos enfants, de nos aînés et notre qualité de vie ne doivent pas être sacrifiées pour répondre aux besoins de mobilité à court terme des gens de la banlieue », affirme Raphaëlle Dancette du comité Mobilisation environnement Ahuntsic-Cartierville et co-porte-parole pour la Coalition. « Le prix pour permettre aux automobilistes de gagner quelques minutes par jour ne doit pas être payé par les dizaines de piétons et cyclistes qui sont victimes d’accidents de la route à chaque année dans notre arrondissement. »

La Coalition rappelle qu’Ahuntsic-Cartierville, Villeray et Rosemont trônent au sommet du palmarès montréalais pour le nombre de victimes d’accidents de la route, la très grande majorité de ces accidents se produisant dans les axes nord-sud qui reçoivent soir et matin un fort volume de circulation. « Il est temps d’adopter une logique urbaine pour nos transports qui soit plus équitable envers les différents usagers de la route, notamment les piétons qui sont les plus vulnérables. Nous croyons qu’une autre solution est possible dans le dossier de l’autoroute 19 et nous tendons la main à nos concitoyens de la rive nord pour élaborer une solution bénéfique pour tous », poursuit Raphaëlle Dancette.

Dans son rapport déposé en 2015, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) demandait au gouvernement de comparer de manière approfondie les scénarios de boulevard urbain et d'autoroute afin de répondre à certaines préoccupations énoncées par différents groupes de citoyens et organismes et d’assurer une insertion harmonieuse dans le milieu, dans une perspective de développement durable. Pour Félix Gravel, directeur adjoint au Conseil régional de l’environnement de Montréal, « ce qu’on demande, c’est une solution viable pour tous, soit un boulevard urbain et le déploiement concomitant des transports collectifs et actifs dans cet axe. Il permettra à la fois de soulager la Rive-Nord de ses problèmes de congestion et de préserver la sécurité et la qualité de vie des résidents des quartiers montréalais touchés. »

« Les infrastructures autoroutières ne sont pas une solution durable aux problèmes de congestion car elles incitent à l’utilisation de l’automobile et aggravent la dépendance aux énergie fossiles. À l’heure où les questions liées à la mobilité durable et à la lutte aux changements climatiques occupent une place importante dans les préoccupations des Québécois, il est insensé de voir nos élus prôner la construction d’un axe autoroutier dont l’efficacité sera d’une décennie. Prolonger l’A19 minerait la crédibilité du gouvernement dans l’élaboration de la future politique de mobilité durable », a expliqué Karel Mayrand, directeur de la Fondation David Suzuki.

« Les autoroutes enclavent les quartiers alors que les Lavallois ont avant tout besoin de transports collectifs efficaces et confortables et d’un environnement de qualité. De plus, l’étalement urbain augmenterait la pression sur le territoire agricole et sur les milieux naturels et humides », a ajouté Guy Garand du Conseil régional de l’environnement de Laval.

« Nous nous réjouissons que le ministre ait évoqué l’idée d’un boulevard urbain dans le dossier de l’autoroute 19. Dans l’attente d’un scénario clair présentant toutes les caractéristiques d’un boulevard urbain, nous continuerons à exercer une pression sur le gouvernement», conclut Raphaëlle Dancette.

Le groupe de citoyens et les organismes mobilisés se rendront le matin du 21 septembre au bureau de la députée de Crémazie, madame Marie Montpetit, afin de remettre une pétition en faveur d’un boulevard urbain signée par plus de 10 800 personnes.

À la veille de la journée « En ville sans ma voiture », la Coalition invite aussi les citoyens à se joindre à un rassemblement à 15h30 au coin de l’avenue Papineau et du boulevard Henri-Bourassa afin de demander un boulevard urbain viable pour tous.

 

– 30 –

 

Renseignements :

Raphaëlle Dancette, co-porte-parole de la Coalition pour un boulevard Papineau
514-526-7605

Mélanie Busby, co-porte-parole de la Coalition pour un boulevard Papineau

514-973-3579

Jérôme Dupras

514-973-5053