48 000 signatures pour soutenir la Route verte : Montréal a aussi besoin de ce réseau cyclable qui sillonne son territoire

Montréal, le 26 octobre 2015 – Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) a fait part de son inquiétude quant à l’avenir de ce grand réseau cyclable québécois qu’est la Route verte, à madame Manon Massé, Députée de la circonscription Sainte-Marie–Saint-Jacques - Québec Solidaire. Convaincu de son apport majeur au transport actif de l’île de Montréal, le CRE-Montréal lui a demandé d’insister auprès du gouvernement du Québec, afin de maintenir le programme d’entretien de la Route verte et de considérer les propositions déposées par Vélo Québec en juillet dernier.

Avec les quelque 48 000 signatures de la pétition Sauvons notre Route verte, lancée par Équiterre le 21 août dernier, le message est clair : ce réseau cyclable, qui traverse le Québec et passe par Montréal avec des axes Nord-Sud et Est-Ouest très achalandés sur une centaine de kilomètres, doit être non seulement maintenu mais aussi bonifié. Juste pour la piste Brébeuf, ce sont près de 900000 vélos qui y ont circulé en 2014.

Pour Coralie Deny, directrice générale du CRE-Montréal, «dans un contexte où la pratique du vélo dans la métropole devient le quotidien d’une portion grandissante de la population pour aller travailler, étudier, magasiner ou se promener, et où cela est un élément incontournable de la mobilité durable, le Gouvernement doit absolument soutenir la Route verte. Ne pas le faire serait irresponsable».

Pour Manon Massé, Députée de Québec Solidaire, c’est aussi une évidence. «De plus en plus de Québécois enfourchent leur vélo en milieu urbain et ailleurs. Le gouvernement doit absolument soutenir la Route verte et ses retombées économiques pour les régions qu'elle croise. Québec s'est doté de cibles ambitieuses de réduction des GES : il est temps de joindre l’acte à la parole !».

Pour l’île de Montréal, la Route verte représente des liens cruciaux pour parcourir le territoire et leur fort achalandage le démontre. Pensons à l’Axe Nord-Sud Christophe-Colomb, Brébeuf et Berry et aux axes Est-Ouest de Notre-Dame vers l’est et du Canal de Lachine vers l’ouest. La Route verte représente aussi des connections majeures vers Laval et la Montérégie.

Rappelons qu’en novembre 2014, lors de la signature du pacte fiscal entre le gouvernement du Québec et les municipalités, le gouvernement abolissait le budget de 2,8 M $ prévu pour l'aide à l’entretien de la Route verte, affectant ainsi près de 55 % du réseau. Le désengagement du gouvernement quant à la pérennité de la Route verte a suscité la mobilisation de milliers de partenaires de la Route verte à travers le Québec, dont la communauté cycliste, des gestionnaires de voies cyclables, des municipalités (160 résolutions adoptées), le milieu des affaires, des organismes en environnement et le milieu touristique.

Le CRE-Montréal joint donc sa voix à toutes celles qui s’élèvent aujourd’hui pour demander au gouvernement du Québec de reprendre son soutien au maintien et au déploiement de la Route verte.

-30-

Renseignements :

Aurore Tanier
Responsable des communications et événements au CRE-Montréal
Tel : 514-842-2890 poste 222 ou Cell. 438-877-9117
atanier@cremtl.qc.ca

Enjeux: