Le gouvernement du Québec multiplie les illégalités pour imposer son projet à Montréal

Montréal, 10 février 2006 – La décision de la Ville de Montréal, rendue publique ce matin, d’émettre un avis de non conformité du projet de prolongement de l’autoroute 25 avec le schéma d’aménagement actuellement en vigueur sur le territoire de Montréal réjouit les membres de la Coalition contre le prolongement de la 25. Pour la Coalition cet avis de non conformité vient conforter sa conviction que toute la démarche gouvernementale visant à imposer à Montréal ce nouveau pont baigne dans la plus complète illégalité.

Pour la Coalition contre le prolongement de l’autoroute 25, l’avis défavorable de Montréal ne devrait pas être une surprise pour personne puisque le pont de la 25 avait déjà reçu un avis défavorable similaire de Montréal lors de la première tentative de Québec d’imposer ce projet en 2001. La Coalition estime que le gouvernement Charest devrait prendre acte de l’opinion et des orientations en matière de circulation de l’Administration montréalaise, reconsidérer sa décision et abandonner un projet qui sème la discorde dans la région. Bien plus, en persistant sur la voie sans issue dans laquelle il s’est engagé, le gouvernement risque de voir sa démarche déclarée illégale par les tribunaux et son projet annulé.

Pour la Coalition, le gouvernement du Québec devrait plutôt investir l’argent des contribuables dans des projets qui font consensus dans la Métropole comme le train de banlieue de l’Est. Rappelons que la Ville de Montréal, s’appuyant sur le rapport du BAPE, s’est clairement opposée au prolongement de l’autoroute 25 tant que les projets de transport en commun dans l’Est ne seront pas réalisés. Cette position est d’ailleurs appuyée par plus de 76% des Montréalais qui préfèrent une amélioration des transports en commun au prolongement de l’autoroute 25 selon un sondage Léger Marketing réalisé en février 2005. La Coalition a mandaté ses conseillers légaux pour intenter un recours juridique en vue d’obtenir un jugement déclaratoire de la Cour supérieure invalidant l’étude d’impact et les consultations publiques tenues par le BAPE, ainsi qu’un jugement en nullité du décret gouvernemental sur le projet de l’autoroute 25. Pour financer les procédures judiciaires entamées et offrir aux citoyens qui se sentent concernés par les impacts de ce projet et veulent une occasion de faire connaître leur position au gouvernement, la Coalition entend organiser ce printemps une mobilisation populaire contre le prolongement de l’autoroute 25.

- 30 -

Pour informations :
Coalition contre le prolongement de l’autoroute 25
Robert Perreault, CRE-Montréal, 842-2890 poste 222 ou 572-2521.
Steven Guilbeault, Greenpeace, 231-2650

Enjeux: