Faire du développement durable le choix de Montréal - 70 dirigeants de tous horizons s’engagent aux côtés de la ville

Montréal, le 2 octobre 2003 – Ce matin, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, accueillait à l’hôtel de ville les représentants d’environ 70 organismes, institutions, établissements publics et entreprises privées de Montréal et du Québec, venus signer la Déclaration de principe de la collectivité montréalaise en matière de développement durable. « Je suis heureux de voir autant de joueurs importants du développement de notre métropole s’engager aux côtés de la Ville de Montréal. L’expression d’un tel consensus est une marque de confiance en notre avenir collectif et l’expression d’une volonté d’y contribuer. Les hommes et les femmes qui apposent aujourd’hui leur signature sur ce document incarnent et symbolisent tout le dynamisme de Montréal. À partir de maintenant, c’est ensemble que nous travaillerons à l’amélioration de la qualité de vie des Montréalaises et Montréalais. Voilà une retombée majeure du Sommet de Montréal », a déclaré le maire.
 

La collectivité montréalaise se mobilise

Rappelons que le 22 septembre dernier, un projet de résolution à l’effet de faire du développement durable « le choix de Montréal » déposé au Conseil municipal avait été adopté à l’unanimité. Cette décision des élus faisait écho à la soixantaine de résolutions similaires adoptées au fil des derniers mois par les instances décisionnelles d’organisations aussi différentes que des bureaux montréalais de centrales syndicales, de grandes associations d’entreprises, des gestionnaires du réseau de la santé et des services sociaux, des institutions d’enseignement et des organismes communautaires militant pour un développement durable.
 

Dans la foulée du Sommet de Montréal de juin 2002

L’amorce de cette mobilisation remonte au Forum de l’environnement de septembre 2000, qui avait été organisé par le Conseil régional du développement de l’île de Montréal (CRDIM) et, plus récemment, au Sommet de Montréal, organisé par la Ville, où la Délégation de l’environnement était présidée par monsieur Robert Perreault, directeur général du Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Mtl). Incidemment, CRDIM et CRE-Mtl sont, avec la Direction de l’environnement de la Ville de Montréal, les trois parrains de l’actuelle démarche. Depuis que le consensus s’est imposé sur la nécessité d’élaborer un plan stratégique de développement durable pour Montréal, les partenaires n’ont cessé d’y travailler, ce qui explique la présence de tous ces signataires ce matin.

Monsieur Arthur Sandborn, vice-président du CRDIM, s’est félicité de l’engagement dans ce processus de tant d’acteurs provenant d’horizons si différents. « La société civile table sur une vision du développement qui ne se mesure pas qu’en termes de rentabilité financière. Le développe-ment durable doit conjuguer le dynamisme économique, l’épanouis-sement social et la protection de l’environnement », a-t-il rappelé.

Pour Robert Perreault, « Cette signature conjointe d’une déclaration de principe n’a rien d’un aboutissement. Elle marque au contraire le début d’un vaste chantier auquel tous les signataires s’engagent à participer activement et que tous les citoyens sont conviés à appuyer de leurs initiatives personnelles et collectives ».

Au travail!

Dans les prochains mois, le diagnostic environnemental, déposé au Forum de 2000, repris au Sommet de Montréal et récemment mis à jour inspirera l’élaboration d’un plan d’action dès 2004, comportant des actions prioritaires, un échéancier et des indicateurs de mesure de résultats. Durant les années subséquentes, le plan sera mis en œuvre et révisé au besoin. L’expérience d’autres grandes villes du monde nous enseigne que l’ensemble de la démarche devrait s’échelonner sur cinq ans.

Le leadership de la Ville

En adhérant à la Déclaration de principe, les partenaires actuels et futurs confient à la Ville de Montréal la responsabilité de piloter la démarche globale. En acceptant cette responsabilité au nom de la municipalité, monsieur Alan DeSousa, responsable du développement durable au Comité exécutif de la Ville, a reconnu que c’est à l’échelle locale que les enjeux, aussi globaux soient-ils, doivent trouver des solutions durables, et il ajoute :« Comme d’autres grandes villes l’ont fait avant nous, Montréal entend s’inscrire dans ce mouvement de prise de responsabilité des collectivités locales, mais elle n’y parviendra que si l’ensemble des citoyens emboîtent le pas ».

C’est ainsi qu’en pilotant les travaux du comité des (70) partenaires et du comité Ville-arrondissements, tous deux formés cette année, la Ville va assurer le suivi de la démarche. Par ailleurs, elle invite les citoyens, individuellement ou collectivement, à faire, eux aussi, le « choix du développement durable ».

Sous peu, les Montréalaises et Montréalais auront donc la possibilité de s’associer aux travaux des comités et de participer aux décisions. Comment? En consultant le site internet www.ville.montreal.qc.ca/developpementdurable, ils pourront apposer leur propre signature au bas de la Déclaration et se prononcer sur les priorités d’action.

Le coup d’envoi est donné. Aux Montréalais de jouer!

– 30 –

Source :
Comité exécutif de la Ville de Montréal
Conseil régional de l’environnement de Montréal
Conseil régional de développement de l’île de Montréal

Pour information : Jacques tremblay, 872-5465

 

Déclaration de principe de la collectivité montréalaise en matière de développement durable