Aménagement urbain

Au cours des dernières décennies, le développement de la grande région de Montréal a été axé sur la dépendance à l’automobile. L’aménagement du territoire a privilégié l’étalement urbain associé à un développement immobilier en périphérie, une faible densité, une augmentation et un élargissement des d’autoroutes, une emprise au sol élevée des surfaces de stationnement, une perte d’espaces verts et de terres agricoles. Ce type de développement entraîne d'importants coûts économiques, sociaux et environnementaux, ce qui est reconnu comme non viable aujourd’hui. Conséquemment, un autre mode d'urbanisation doit être mis en place pour rendre la ville et l'agglomération plus viables grâce à un meilleur arrimage entre le transport (notamment collectif) et l’aménagement.

Le développement durable de la région de Montréal, que l’on parle de la Ville de Montréal, de l’agglomération ou de la Communauté métropolitaine de Montréal, nécessite la consolidation des zones urbaines et des pôles d'activités existants. Les nouveaux quartiers résidentiels doivent notamment être aménagés le long des axes de transport en commun selon une forme urbaine plus compacte et diversifiée.

De nombreux enjeux environnementaux sont directement reliés à la manière de développer le territoire: vision à moyen/long terme des instances décisionnelles, politiques, plans et règlementation doivent s’articuler autour de principes concrets de développement durable et être cohérents entre eux.

Nos positions en aménagement urbain

La quantité de stationnements offerts est fortement liée à l’importance du mode de transport automobile. Avec l’augmentation du parc automobile, de plus en plus d’espaces de stationnement sont requis.
Type de contenu : Publication
Mots-clés : Stationnement - Politiques et règlementation
Les 21 chantiers proposés dans le plan de transport nous semblent à la fois ambitieux et porteurs d’un véritable changement. Un changement de paradigme qui demandera à la Ville de Montréal de revoir ses pratiques et ses priorités en matière de transport et d’aménagement.
Type de contenu : Publication
Mots-clés : Transports collectifs - Transport actif - Politiques et règlementation
Le Conseil régional de l’environnement de Montréal a pris connaissance de la proposition de révision du réseau artériel de l’agglomération de Montréal et souhaite vous faire part de ses commentaires à l’égard de cette révision.
Type de contenu : Publication
Mots-clés : Politiques et règlementation
D’une façon générale, nous tenons à souligner que ce projet a le mérite d’intégrer de nombreux aspects du développement durable comme les critères LEED pour les bâtiments, la plantation d’arbres, l’intégration d’infrastructures pour le transport actif et en commun et la gestion des matières résid
Type de contenu : Publication
Mots-clés : Projets de développement - Stationnement - Transports collectifs
À l’origine, l’île de Montréal était recouverte de végétaux. Il y avait un équilibre naturel entre les éléments qui composaient cet écosystème. Le sous-sol offrait l’hydratation nécessaire aux végétaux.
Type de contenu : Publication
Mots-clés : Verdissement et îlots de chaleur
Construction du nouveau CHUM - 27 novembre 2006
Le Conseil régional de l’environnement de Montréal a récemment pris connaissance du projet du nouveau CHUM.
Type de contenu : Publication
Mots-clés : Politiques et règlementation
Un nombre croissant de citoyens de Montréal remettent en question l’omniprésence de la voiture et ses impacts sur leur qualité de vie. Marcher est la façon la plus naturelle de se déplacer, et chaque citoyen est un piéton quelque part au cours de ses déplacements quotidiens.
Type de contenu : Publication
Mots-clés : Politiques et règlementation - Transports collectifs - Transport actif
Montréal, le 18 août 2006- Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE) se réjouit des recommandations rendues publiques aujourd’hui par l’Office de consultation publique de Montréal.
Type de contenu : Communiqué de presse
Mots-clés : Mont Royal
Il ne fait aucun doute dans notre esprit que si l’on avait aujourd’hui à déterminer un site pour ériger un stade de 25,000 places à Montréal, l’actuel site du stade Percival-Molson serait d’emblée écarté : localisation dans un arrondissement protégé, circulation intensive, mouvement des foules, é
Type de contenu : Publication
Mots-clés : Politiques et règlementation - Autres parcs

Pages