Sortie du nouvel Indice de canopée métropolitain

Le 24 janvier 2019, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a mis en ligne le nouvel indice canopée 2017. La canopée est une mesure qui exprime le pourcentage de territoire recouvert par la ramure des arbres. La carte interactive et les cartes en format PDF de la CMM, mises à jour aux deux ans, donnent à voir l’ampleur du couvert arborescent pour l’ensemble de la CMM et pour chacun des territoires municipaux qui la composent. La récente analyse porte sur des photos aériennes prises en 2017. La canopée du Grand Montréal regroupe les arbres de 3 mètres et plus, tant dans les milieux naturels que dans les milieux transformés par l’humain.

Globalement, la forêt métropolitaine prend de l’ampleur. En effet, les récentes mesures révèlent que la canopée s’est accrue de 1,3 % sur le territoire de la CMM en six ans (2011 à 2017). C’est dans le secteur de l’agglomération de Montréal que la progression est la plus importante (2,7 %), et ce, malgré les pertes significatives causées par l’abattage de nombreux frênes affectés par l’agrile. La Couronne Nord est celui des cinq grands secteurs de la CMM où la progression est la moins grande (0,6 %). Il faudra donc clairement mettre davantage d’efforts en périphérie de Montréal pour améliorer la situation.

Sur l’île de Montréal, on peut observer des réalités contrastantes. Alors que la municipalité de Senneville a vu son indice de canopée passer de 56,8 % en 2011 à 60 % en 2017, la municipalité de Montréal-Est a vu le sien glisser de 5,9 % à 5,8 % sur la même période. Cela souligne le besoin de rétablir l’équité territoriale en termes d’accès à la nature et à ses bienfaits, dans les quartiers résidentiels comme dans les parcs industriels et les secteurs commerciaux, des milieux de vie où évoluent de nombreux travailleurs.

Nous encourageons donc la ville de Montréal et les 81 autres municipalités de la CMM à poursuivre leurs efforts de plantation et d’entretien des arbres sur leur territoire, à travers une vision concertée de qualité des milieux de vie et de résilience. L’arbre constitue aujourd’hui un allié de première importance des municipalités dans la captation de carbone et la lutte aux changements climatiques. Et c’est sans compter les nombreux services que l’arbre et la forêt rendent aux populations locales : purification de l’air, gestion des eaux pluviales et de ruissellement, lutte contre les îlots de chaleur, impacts positifs sur la santé physique et psychologique, et habitat pour la faune, pour n’en nommer que quelques-uns.

Google plus LinkedIn Twitter print