Qualité de l’air dans l’Est : la nature et la mobilité durable dans les solutions

Plus d’une centaine de participants ont pris part à la fin août à une séance d’information publique sur la qualité de l’air organisée par la Ville de Montréal Est, les arrondissements de Rivière-des-Prairies--Pointe-aux-Trembles et de Mercier--Hochelaga-Maisonneuve, le Service de l’environnement de la Ville de Montréal et la Direction régionale de la santé publique (DRSP). Cette participation importante témoigne des préoccupations de la population sur cet enjeu environnemental important qui touche directement leur santé. L’organisation de telles rencontres publiques est également importante pour informer, faire le point sur la situation et échanger avec les citoyens sur les enjeux et solutions à mettre en place.

Durant la soirée, la DRSP a présenté des données qui permettent de constater que la situation va en s’améliorant dans l’Est bien qu’il reste des disparités selon les secteurs. Les données montrent une diminution de certains polluants au cours des dernières années (dioxyde d’azote et dioxyde de soufre). Toutefois, les chiffres montrent également une augmentation de l’ozone, aux effets néfastes sur la santé reconnus. 

La DRSP a rappelé les effets à court et long termes que peuvent avoir ces polluants sur la santé des citoyens ainsi que les actions à poser pour améliorer la qualité de l’air : 

  • prévention en réduisant les polluants émis par les industries, le transport et l’habitation 
  • atténuation par le verdissement 
  • évitement avec par exemple en instaurant des alertes sur la qualité de l’air 

Les multiples actions menées dans le cadre de la campagne ILEAU contribuent d’ailleurs à l’effort collectif d’amélioration de la qualité de l’air dans l’est par les nombreux projets de verdissement (les arbres jouant un rôle important de filtration et de purification de l’air), les actions visant la protection des espaces verts (pensons au rôle de poumon vert du grand parc de l’est) et les démarches afin de favoriser les déplacements en transport collectif et actif. 

Le travail se poursuit donc entre les différentes parties prenantes, car c’est par une action concertée tant des pouvoirs publics, des entreprises que des citoyens que la situation va continuer de se bonifier. La ville de Montréal a d’ailleurs donné le mandat à la DRSP de mettre à jour les études sur la qualité de l’air. 

Google plus LinkedIn Twitter print