Projet Royalmount : Comment répondre aux enjeux de mobilité

C’est le 28 mai que furent dévoilées les conclusions du rapport du groupe de travail Namur-De la Savane mis sur pied suite aux consultations houleuses entourant le projet Royalmount. Ce groupe était constitué de représentants du Ministère des Transports du Québec (MTQ), de la Ville de Montréal, du Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH), Société de transport de Montréal (STM), Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), des villes de Mont-Royal et Côte-Saint-Luc et de l’Association des municipalités de banlieue (AMB).

Les consultations sur le projet Royalmount avaient permis de mettre en lumière les immenses enjeux de mobilité et de développement urbain intégrés, dans le secteur stratégique Namur-De la Savane, ciblé au Schéma d’aménagement de l’agglomération de Montréal. Considérant l’ampleur des défis du secteur, déjà existants et anticipés avec le projet, un grand nombre d’organisations de la société civile avaient demandé d’élargir la réflexion, la planification et les échanges sur un territoire plus vaste pour développer une vision d’ensemble cohérente et intégrée pour la mobilité et l’aménagement.

Nous accueillons donc très favorablement les 13 recommandations et les 35 actions proposées pour un renforcement vigoureux de la mobilité durable pour le secteur Namur-De la Savane, avec des solutions structurantes à court et moyen termes pour intervenir sur la congestion chronique de ce secteur.  Plusieurs de ces actions sont demandées par le CRE-Montréal depuis quelques années, comme le prolongement de la ligne orange vers la station Bois-Franc du REM, la mise en place rapide des voies réservées pour autobus dans le secteur ou encore l’amélioration des voies piétonnes et l’implantation d’un réseau cyclable.

Nous sommes confiants que l'application des recommandations du groupe de travail Namur-De la Savane permettra d'atteindre plusieurs cibles de la Politique de mobilité durable 2030 dont réduire de 37,5% les GES, de 20% la part des déplacements en auto-solo et les coûts associés à la congestion. Pour y arriver, il est nécessaire que tous les paliers de gouvernement y contribuent, de même que les promoteurs.

De plus, à notre avis, le travail du groupe de travail Namur-De la Savane devrait inspirer l’Autorité régionale de transport métropolitain dans sa planification stratégique pour développer ce type de groupe, réfléchir et  agir de façon intégrée sur d'autres secteurs névralgiques comme le centre-ville de Montréal par exemple pour atteindre les cibles de la Politique québécoise de mobilité durable 2030.

Google plus LinkedIn Twitter print