La position du CRE-Montréal sur le secteur Bridge-Bonaventure

Le CRE-Montréal prend part à la consultation publique sur l’avenir du secteur Bridge-Bonaventure présentement menée par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM). Nous avons déjà remis à l’OCPM un avis que nous avons présenté devant les commissaires le vendredi 4 octobre.

Nous accueillons favorablement la vision proposée par la Ville, mais apportons dans notre mémoire certaines considérations complémentaires aux principes d’aménagement énoncés, notamment ceux qui concernent les entrées de ville, la mobilité collective et active, et la trame verte et bleue. Nous y formulons également d’autres principes qui devraient selon nous guider l’exercice de requalification du secteur Bridge-Bonaventure, à savoir : l’engagement envers la résilience, la qualité des milieux de vie, et la cohérence de l’aménagement d’ensemble par la concertation des parties prenantes.

Nous croyons que le réaménagement du secteur Bridge-Bonaventure devrait être conçu et réalisé de manière à renforcer le quartier, la ville, ses gens, ses entreprises, ses institutions et ses écosystèmes face aux changements climatiques. Dans ce contexte, la qualité des milieux de vie prend tout son sens, car nous entendons par là des quartiers résidentiels et des environnements de travail centrés sur l’humain, comprenant une gamme complète de services et d’options de transport déployées autour d’une trame verte et bleue structurante - milieux naturels, parcs, watersquare, noues, îlots de fraîcheur, corridors de mobilité active, berges, fleuve, etc. Par ailleurs, il nous apparaît essentiel de retisser le paysage aujourd’hui fragmenté du secteur Bridge-Bonaventure, dans le respect de ses qualités paysagères et de ses atouts patrimoniaux, ce qui ne peut se réaliser qu’à travers l’adhésion de toutes les parties prenantes à une vision de développement commune.

Les possibilités d’aménagement et l’avenir du secteur dépendent en grande partie de la transformation de l’autoroute Bonaventure. Nous recommandons à la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain (SPJCCI) et à la Ville de Montréal de prendre le temps de bien analyser tous les scénarios proposés, à l’aulne de la résilience et des bénéfices sociaux et environnementaux escomptés, y compris un scénario dans lequel l’autoroute Bonaventure serait déplacée au niveau de la rue Marc-Cantin, du côté nord du parc d’entreprises de la Pointe-Saint-Charles (PEPSC). Nous estimons que cela permettrait de récupérer un maximum d’accès aux berges du Saint-Laurent, un potentiel optimal d’aménagement d’une promenade et d’une interface PEPSC/berges perméables, sécuritaires et conviviales, et un maximum de connectivité avec les réseaux de mobilité active environnants. Cela serait non seulement bénéfique pour le développement des pôles d’emploi, mais aussi pour les résidents de Pointe-Saint-Charles, les travailleurs du secteur et l’ensemble des MontréalaisEs qui retrouveraient ainsi, en plus de l’accès aux berges, les conditions pour en jouir pleinement.

Mots-clés: 
Google plus LinkedIn Twitter print