Grand parc de l’Ouest, un projet à rendre d’envergure métropolitaine

Suivant la poursuite intentée par des promoteurs de l’ouest de l’Île contre l’administration de Montréal et la sortie d’un conseiller municipal de Ville de Montréal à la fin septembre concernant le projet du Grand parc de l’Ouest, nous souhaitons réitérer l’importance de ce projet et la nécessité de voir plus grand et plus vert pour notre région avec le projet du Grand parc métropolitain de l’Ouest.

La demande de financement pour la création du Grand parc métropolitain de l’Ouest figure d’ailleurs dans nos recommandations pour le prochain gouvernement fédéral récemment publiées. Étant donné que le gouvernement Trudeau a déjà attribué 50 M$ à la Ville de Montréal (sommes qui nous réjouit) pour le Grand parc de l’Ouest, nous souhaitons maintenant que ce soutien grandisse pour offrir un parc d’envergure métropolitaine. 

Avec une population métropolitaine en croissance (4,5 M d’habitants en 2031) et les pressions constantes sur les milieux naturels et espaces verts, un parc métropolitain est une façon de répondre aux besoins d’accès à la nature, à la nécessité d’assurer la résilience de nos milieux de vie et de contribuer à rétablir une connectivité écologique malmenée dans la région métropolitaine. 

La vision développée conjointement avec le CRE de Laval et le CRE des Laurentides repose sur la création d’un parc s’étendant du parc national d’Oka jusqu’à Montréal en passant par l’ouest de Laval. Englobant une partie du lac des Deux Montagnes, le parc pourrait également intégrer un sanctuaire d’eau propre venant ainsi assurer la qualité de l’eau utilisée par des millions de personnes. 

Cette approche territoriale élargie est de nature à favoriser l’implication tant financière qu’en expertise des différents paliers de gouvernement (du fédéral au local) à la fois dans la création et la gestion du futur grand parc. 

Le modèle du parc métropolitain de l’ouest est à inventer collectivement afin de refléter les spécificités de la région (gouvernance, présence de nombreux propriétaires tant municipaux, privés qu’institutionnels, etc. ).  

C’est un beau défi, mais qui en vaut largement la peine!

Google plus LinkedIn Twitter print