Consultation publique sur le secteur du Nord de l’Île-des-Soeurs

Le 23 octobre, le CRE-Montréal a déposé un avis à l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) dans le cadre des consultations au sujet du Programme particulier d’urbanisme (PPU) du Nord de l’Île-des-Soeurs. Ce PPU vise à établir de grandes orientations et balises en vue de la création d’un milieu de vie et d’emploi de type TOD (Transit Oriented Development) aux abords de la future station du Réseau express métropolitain (REM) de l’Île-des-Sœurs.

Nous appuyons les principes de qualité de milieu de vie, de résilience et de durabilité qui sous-tendent l’ensemble du PPU présenté en consultation, de même que les actions prioritaires qu’il présente pour améliorer les accès à l’île et privilégier des aménagements au profit des piétons, cyclistes et usagers du transport collectif.

Nous proposons par ailleurs quelques pistes de bonification du PPU :

  • Préciser les axes de développement des offres commerciale, culturelle et d’emploi, du Nord de l’Île-des-Soeurs en tenant compte de sa proximité et de la complémentarité souhaitée avec un autre secteur en redéveloppement, le secteur Bridge-Bonaventure. 
  • Opérer un chantier de réduction et de transformation des espaces de stationnement pour diminuer la part modale de l’automobile, contribuer à la densité des lieux et à la création d’un quartier à échelle humaine, augmenter le nombre d’espaces verts, augmenter les superficie de sol perméable et favoriser la gestion durable des eaux.
  • Préciser dans le PPU les vocations souhaitées pour la future station du REM, qui devrait être selon nous une plateforme intermodale conviviale et sécuritaire, un point de franchissement des autoroutes pour les usagers de la mobilité active, un pont écologique connectant les espaces verts des deux côtés des autoroutes, et un pôle de services.
  • Au-delà des projets d’Axe vert et d’aménagement des berges déjà prévus au PPU, planifier la création, sur l’ensemble du secteur à l’étude, d’un vaste et dense réseau de parcs et espaces verts, incluant des toits végétalisés et divers aménagements pour la gestion des eaux.
  • Dans la mesure où l’agriculture urbaine est identifiée dans le PPU comme moyen de consolider la trame verte et d’évoquer l’histoire des lieux, il faudra s’assurer de développer, en collaboration avec les ressources scientifiques compétentes en la matière, un ensemble d’orientations et de balises pour en faire une activité réellement durable, depuis l’identification de lieux propices et l’encadrement des pratiques agricoles elles-mêmes jusqu’à leur arrimage aux activités économiques et communautaires du secteur.

Nous lirons avec intérêt le rapport synthèse de l’OCPM, qui devrait être produit au cours des prochains mois, et suivrons l’évolution de ce dossier.

Google plus LinkedIn Twitter print