Un bilan du PMAD révélateur des avancées et des défis

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), présidée par la mairesse Valérie Plante, vient de présenter le bilan du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) 2012-2018.

Même si nous pensons qu’il reste encore beaucoup de travail à faire, nous constatons que le PMAD a prouvé toute son importance dans l’aménagement durable des 83 municipalités.

Voici quelques-uns des constats que nous faisons suite à la lecture du bilan :

  • Le couvert forestier a légèrement augmenté, mais la CMM aura toutefois besoin d'un plan d'action fort pour atteindre les 30% visés en 2031 et les municipalités devront agir plus activement
  • Pour augmenter la superficie d'aires protégées encore insuffisantes, il faudra penser aux milieux naturels de moins grandes tailles, renaturaliser les ruisseaux et utiliser les golfs “retraités” à des fins d'agrandissement des aires protégées
  • Pour que la collectivité de la CMM bénéficie d'accès à la nature suffisants, il va falloir plus d'outils, de financement, de collaboration et de solidarité entre les municipalités, pour acquérir, aménager et entretenir
  • L'île de Montréal a fait beaucoup d'efforts en terme d’aires de type TOD (“Transit-oriented development”) (72%), mais ailleurs les chiffres sont encore bien trop timides (entre 14 et 18%). Quant au seuil de densité minimal associé à ces zones, il doit être atteint à 100% partout sur le territoire, sinon il est impossible de parler d'aires TOD avec des taux inférieurs à 50%.
  • Les coûts de la congestion ont doublé en 10 ans et la CMM occupe une place peu glorieuse dans le peloton de tête des 35 métropoles nord-américaines dont les habitants passent le plus de temps dans les embouteillages. Cela prouve clairement que le transfert modal de l’auto-solo aux autres modes de transport (collectif et actif) est très loin d’être suffisant. Le premier message est clair: il faudra mettre les bouchées doubles au niveau des transports collectifs pour y remédier.
  • L’usage du vélo augmente très doucement sur l’île de Montréal. Alors que nous sommes à l’ère de vanter les transports actifs, des efforts doivent être consentis pour multiplier les pistes cyclables, les connecter entre elles et déployer toutes mesures améliorant la sécurité et la convivialité des cyclistes.
  • Les piétons sont les grands oubliés de ce bilan. Pourtant tout le monde est piéton à un moment donné et les moyens pour assurer leur sécurité et la qualité de leurs parcours sont bien connus et relèvent directement des mesures d'aménagement du territoire. Souhaitons que le prochain bilan fournira des données pour comprendre les avancées réalisées à ce niveau.

Le PMAD a clairement aidé à préserver les terres agricoles en zone verte, une très bonne chose à poursuivre absolument. En plus de préserver notre «garde-manger» collectif, cela contribue à limiter l’étalement urbain.

Avec le Mouvement Ceinture Verte, nous avons publié un communiqué de presse en lien spécifiquement avec la trame verte et bleue du Grand Montréal

Google plus LinkedIn Twitter print