Nouvelle vision pour Assomption-Sud–Longue-Pointe

Le 5 juillet dernier, à la mairie de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et l’administration municipale a présenté aux citoyens sa vision concernant le développement du secteur Assomption-Sud–Longue-Pointe, visé par une consultation publique. Rebaptisé « secteur de la Grande Prairie » en référence au ruisseau qui s’y écoulait jadis, la zone qui devait accueillir la Cité de la logistique sera désormais l’hôte d’un « écoparc industriel » développé sur des principes d’aménagement et d’urbanisme durables.

Au cœur du projet : l’écologie industrielle, l’économie circulaire, des infrastructures vertes, et une gestion environnementale exigeante et exemplaire (ISO 14 001, certification LEED, gestion écologique des eaux et des déchets, revitalisation des milieux naturels, etc.). Le concept prévoit également des aménagements favorables au transport collectif et actif. Prenant acte des défis posés par la proximité des zones industrielles et des quartiers résidentiels, la Ville entend mettre de l’avant une approche de gestion intégrée des nuisances et soutenir l’aménagement d’interfaces bien conçues à cet égard.   

Nous accueillons favorablement les principes de planification et d’aménagement. Pour assurer la qualité des milieux de vie des personnes vivant dans le secteur ainsi que de celles y travaillant, il faut en effet créer des zones tampons suffisantes entre les secteurs résidentiels et industriels, mettre en place des corridors de transport collectif et actif, pour désenclaver les quartiers résidentiels, et aménager des espaces naturels contribuant à la réalisation de la trame bleue et verte de l’est de Montréal. Nous croyons toutefois que ces principes devraient viser une zone beaucoup plus vaste afin d’intégrer le secteur Assomption-Nord pour agir de façon intégrée sur la mobilité ainsi que sur la préservation et la résurgence du Ruisseau de la Grande-Prairie.

Le grand et beau défi réside dans la mise en œuvre de ces principes. Souhaitons que tous les acteurs économiques impliqués, notamment Ray-Mont Logistics, Hydro-Québec, CN et le Port de Montréal, s’y appliqueront. Car, au bout du compte, ce sont toutes les facettes du développement durable qui y gagneront. Sans compter que l’est de Montréal mérite largement de le voir se déployer sur son territoire.

Le CRE-Montréal présentera un rapport lors des consultations publiques qui seront tenues en septembre par l’Office de consultation publique de Montréal et enjoint tous ses partenaires à saisir cette opportunité pour y exprimer leurs idées et propositions concrètes relatives au développement durable du secteur visé.

Google plus LinkedIn Twitter print