Couvre-sol durable ou le gazon en temps de changements climatiques?

Qui n’a pas remarqué que bien des pelouses ont revêtu le jaune plutôt que le vert cet été en raison du temps caniculaire. Seules celles qui ont été copieusement arrosées (d’eau potable en général) ont préservé leur couleur verte. Pourtant, en y regardant de plus près, les brins d’herbe brûlés par la chaleur côtoient de petits îlots de résistance qui gardent éclat, santé et couleur. Qui sont-ils ? Certainement pas des brins d’herbe, souvent coupés courts de surcroît.

Après la lutte aux pesticides dans les jardins pour des usages esthétiques en raison de leur dangerosité, voici la preuve que le gazon ne répond pas aux exigences estivales et cela encore plus dans un contexte de changements climatiques, avec la quarantaine de journées très chaudes qu’Ouranos nous prédit dans une vingtaine d’années.

Il est donc plus que temps de faire évoluer nos jardins vers davantage de biodiversité, moins de brins d’herbe, la nature nous le rappelle bien cet été. Et puis on y gagnera tous, moins de bruit de tondeuses, de pollution de l’air et d’émissions de GES.

Google plus LinkedIn Twitter print