Des arguments scientifiques pour une protection totale du secteur Nord de Sainte-Anne-de-Bellevue

Deux rapports concernant la biodiversité et la connectivité du secteur Nord de Sainte-Anne-de-Bellevue apportent des arguments forts en faveur de la protection complète du secteur nord de Sainte-Anne-de-Bellevue. Les auteurs de l’étude Évaluation écologique du Secteur Nord de Sainte-Anne-de-Bellevue suggèrent dans leur conclusion « d’éviter le développement de cette zone en raison des risques de dommages graves ou irréversibles. La conservation des derniers milieux non-développés à Montréal serait une mesure pour prévenir la dégradation de l’environnement et de protéger les espèces à statut. Plusieurs de ces espèces ont continué à péricliter même après avoir obtenu un statut spécial, notamment en raison de la perte de leurs habitats. »

Après avoir annoncé l’acquisition d’un terrain à Sainte-Anne-de-Bellevue afin de l’intégrer au parc-nature de l’Anse-à-l’Orme, l’administration montréalaise doit aller plus loin et protéger l’ensemble des espaces naturels du secteur. Outre un pas de plus dans l’atteinte de l’objectif de protection de 10 % d’aires terrestres inscrit dans le Schéma d’aménagement et de développement de Montréal, une telle démarche viendrait consolider le territoire dans la perspective de créer un grand parc national urbain dans la région métropolitaine.

Lire le communiqué

Google plus LinkedIn Twitter print