Des pistes pour limiter les risques de débordements d’égouts

Dans le cadre de sa collaboration avec l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM et la Maison du développement durable, le CRE-Montréal a invité deux experts à partager le fruit de leurs recherches sur les enjeux de débordements d'égouts.

Actuellement, les débordements au Québec sont majoritairement causés par la pluie (61 %) et par la fonte des neiges (19 %). Cette dernière cause est toutefois négligée dans la conception des ouvrages de gestion des eaux. Pourtant, les surverses n’apparaissent pas toujours lors des épisodes de fortes pluies. La fonte des neiges provoque en effet des débordements plus longs qui entraînent avec eux le sel et les métaux lourds accumulés par cette neige. Avec les changements climatiques, la composante “neige” va prendre une plus grande place.

Des variations de températures plus marquées sont à prévoir dans la région métropolitaine, ce qui augmentera la probabilité d’événements avec de fortes précipitations neigeuses. La conception des ouvrages devrait donc se faire en intégrant cette composante et en tenant compte des effets des saisons.

Alors que la Ville de Montréal se penche sur son plan de drainage, la conférence a mis en évidence l’importance de combiner les expertises et d’assurer une concertation entre les différents intervenants, soit les chercheurs, les ingénieurs, les décideurs et les professionnels.

La réduction des facteurs de risques passe également par des mesures favorisant la perméabilité du sol. Pensons entre autres au verdissement ainsi qu’à l’utilisation de matériaux perméables afin de limiter les écoulements en surface et de réduire les quantités d’eau à gérer.

 

Pour voir la conférence en webdiffusion et les présentations des conférenciers

 

Google plus LinkedIn Twitter print