Le Mont-Royal aux prises avec l’agrile du frêne : un défi de taille

Par Eric Richard, directeur de l’éducation et de la conservation, Les amis de la montagne

Les derniers mois ont vu les acteurs du Mont-Royal se mobiliser dans la lutte contre l’agrile du frêne et son impact sur la biodiversité de la forêt du Mont-Royal et sur ses paysages.

La Ville a fait des efforts importants dans les derniers mois pour inventorier les frênes des milieux boisés du parc du Mont-Royal. 10 193 frênes d’un diamètre de plus de 15 cm ont été inventoriés dont 6 100 ont été traités. Les autres frênes seront abattus au cours des deux prochaines années, soit ceux qui sont morts ou en mauvais état. Ces actions devraient ralentir la propagation de l’agrile sur la montagne et éviter la mortalité massive et soudaine des frênes. Un plan de plantation sera mis en place dès 2018 pour éviter la colonisation par des espèces envahissantes. Ces opérations d’abattage et de plantation perturberont les boisés du parc et exigeront de porter une attention particulière aux travaux pour en réduire au minimum les impacts à la fois sur les milieux naturels et sur les usagers. Les Amis de la montagne y veilleront.

L’agrile fait des ravages bien au-delà du parc du Mont-Royal, qui ne couvre que 20 % du territoire du Mont-Royal, affectant aussi les milliers de frênes sur les terrains privés et institutionnels de la montagne. Les Amis dont participé avec la Table de concertation du Mont-Royal à la mise en réseau des grands propriétaires institutionnels – universités, hôpitaux et cimetières avec les instances publiques de Montréal et Westmount – afin de s’assurer que tous prennent part à un plan d’action commun pour traiter les frênes présents sur leurs propriétés et mener les opérations d’abattage nécessaires. Ce plan a été déployé cet été. Il faudra bien sûr poursuivre cet effort de concertation au cours des prochaines années.

 

Google plus LinkedIn Twitter print