Les voies ferrées, frontières urbaines au transport actif

Les voies ferrées créent des frontières urbaines qui y compliquent sérieusement les déplacements actifs. Ces coupures dans le tissu urbain sont amplifiées par les clôtures destinées à empêcher les traversées à pied et à vélo. Malgré cela, ainsi que les mesures de contrôle et de répression mises en place depuis une dizaine d’années, de nombreux résidents et travailleurs y créent des passages à travers les clôtures.

Onéreuses à construire et à entretenir, peu adaptées aux cyclistes, aux personnes âgées et aux personnes à mobilité réduite, les passerelles ne peuvent pas être la seule solution. Des traverses piétonnières et cyclistes légères, tous les 500 m dans les zones denses, de type passage à niveau, devraient être envisagées. Pour cela, il est nécessaire de mettre à jour le cadre légal réglementant les traverses ferroviaires pour répondre aux besoins spécifiques des quartiers urbains et permettre aux gens de se déplacer en sécurité.

 

Google plus LinkedIn Twitter print