Énergie Est: les pétrolières pas prêtes à faire face aux bris d'aqueduc

Dans le cadre du récent Forum sur l’environnement Americana, le chercheur Guy Coderre, professeur au Centre national de formation en traitement de l’eau, a présenté une étude réalisée suite à un bris de pipeline de pétrole survenu à 300 m d’une rivière, en Saskatchewan. Ce bris a entraîné un déversement de 100 000 l de pétrole qui a pollué la rivière sur une distance de 500 km. L’étude constate qu’un tel bris de pipeline près du fleuve Saint-Laurent entraînerait des conséquences pires qu’appréhendées, pires qu’en Saskatchewan, pour Montréal et le fleuve Saint-Laurent.

Il n’y a pas de plan B à la Communauté métropolitaine de Montréal en cas de déversement. Seulement trois stations de filtration sur 26 autour du fleuve Saint-Laurent ont une prise d’eau alternative. En cas de bris, ce sont donc 4 millions de personnes qui seraient privées d’eau potable pour une période indéterminée. L’enjeu est donc majeur.

 

Pour consulter l'étude du chercheur Guy Coderre

 

Les partis politiques à Québec et à Ottawa doivent se responsabiliser et mettre un terme au projet de pipeline Énergie Est.  

 

Google plus LinkedIn Twitter print