Élimination et compostage: grande variabilité entre arrondissements et entre villes

Cet été a été publié le Portrait 2016 des matières résiduelles de l’agglomération de Montréal. Ce document qui compile beaucoup de chiffres permet de faire la lumière sur les avancées et sur les enjeux.

Tout d'abord, malgré des progrès (diminution de 11 % entre 2012 et 2016), ce qui frappe c'est que l'élimination sort toujours majoritaire avec 249 kg/personne en 2016 sur 464 kg générés/personne. On s'améliore collectivement, mais on jette encore plus de 50 % des matières résiduelles générées pour un total de près 500 000 tonnes.

 

Pourquoi ? Plusieurs raisons:

On continue de générer beaucoup de matières résiduelles : entre 389 kg/habitant et 688kg/habitant. C'est l’arrondissement Saint-Laurent qui a le plus bas nombre, bravo. Seuls Anjou, Montréal-Nord et le Sud-Ouest sont sous la barre des 400 kg/personne.

La collecte des matières recyclables est encore insuffisante : le taux de collecte des matières recyclables atteint des taux supérieurs à 50 % partout, sauf à Montréal Est, mais seuls quatre villes liées atteignent et dépassent le taux visé de 70 % (Beaconsfield, Kirkland, Pointe-Claire et Senneville).

La collecte des matières organiques est très basse : les taux de récupération sont en général très faible, surtout au niveau des arrondissements, même si Outremont, Saint-Laurent, Rosemont-la Petite-Patrie et l'île Bizard-Sainte-Geneviève se démarquent. La plupart des villes liées font beaucoup mieux pour collecter les matières organiques, Beaconsfield et Senneville en tête (respectivement 66 % et 65 %).

 

Les huit arrondissements avec plus de 100 000 habitants (Ahuntsic-Cartierville, CDN-NDG, Mercier-Hochelaga-Maisonneuse, Plateau Mont-Royal, RDP-PAT, Rosemont-La Petite-Patrie, Saint-Laurent, Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension) éliminent au-dessus de 200kg/personne. À noter toutefois que Saint-Laurent détient le meilleur chiffre avec 207 kg/personne.

Il y a donc des défis à venir, notamment au niveau de la réduction à la source, du réemploi et de la collecte des matières organiques.

 

Il y a aussi des éléments positifs : les efforts de plusieurs arrondissements et villes liées portent fruits au niveau de l'élimination et de la récupération, comme : Outremont, RDP-PAT, Rosemont-La Petite-Patrie, Saint-Laurent, Beaconsfield, Kirkland et Pointe-Claire. De quoi s'inspirer et même faire plus.

En terme de quantité, l'ouverture des infrastructures de compostage et de biométhanisation devrait nettement améliorer ce portrait. On les attend donc avec impatience.

En termes de qualité, il faut d'une part continuer à faire progresser la collecte des produits dangereux et électroniques et d'autre part trouver les solutions pour que les matières recyclables récupérées prennent toutes le chemin du recyclable. Citons le verre à cet effet.

S'il faut poursuivre la sensibilisation, améliorer l'offre de service pour les bons gestes, il faut aussi décourager les mauvaises habitudes. Il ne devrait plus y avoir de territoire qui offre plus qu'une collecte de déchets par semaine. Saint-Laurent est même rendu à une collecte par deux semaines.

 

Mots-clés: 
Google plus LinkedIn Twitter print