Lande publie sa première étude sur les terrains vacants publics de Montréal

Lande a lancé sa première publication, effectuée en partenariat avec Benoit Saulnier-Tremblay, chercheur de l’École nationale d’administration publique. L’étude, nommée ‘‘RÉGLEMENTATION SUR LES TERRAINS PUBLICS VACANTS À MONTRÉAL’’, propose différentes pistes de solutions à la ville de Montréal afin de faciliter les projets d’appropriation sur les terrains vacants publics. 

Selon les données de 2010 de la Ville, il existe 25 km² de terrains vacants à Montréal, soit une superficie équivalente à 32 fois le Jardin botanique. Près du tiers de ces terrains appartiennent à la Ville de Montréal. Les terrains vacants ont le potentiel de devenir des jardins collectifs, des parcs ou des espaces de jeux et contribuer à améliorer la qualité de vie dans les quartiers de Montréal.

Amorcer un projet d’appropriation temporaire sur un des terrains vacants publics à Montréal est chose fastidieuse; la publication démontre qu’une démarche durant jusqu’à un an est nécessaire afin de recevoir les autorisations de la Ville. Or, Lande propose, dans son étude, trois pistes d’actions simples et pouvant être mise en application rapidement par l’administration. Ces pistes d’actions sont inspirées de bonnes pratiques de grandes villes nord-américaines comme San Francisco, Philadelphie ou Vancouver.

Google plus LinkedIn Twitter print