Des groupes demandent à Québec de ne pas accorder de privilèges à TransCanada

Une étude produite en 6 semaines … pourquoi se précipiter ?

Les groupes à l’origine de la poursuite juridique contre TransCanada demandent à Québec de ne pas accorder de privilèges à l’entreprise en échange de son engagement à se soumettre à la Loi Québécoise. Ils réagissent aux informations voulant que TransCanada bénéficie d’une émission expresse d’une directive pour une étude d’impact qui serait réalisée en un temps record de 6 semaines. Du jamais vu pour un projet de cette envergure.

Bien qu’ils se soient réjouis vendredi que TransCanada ait enfin décidé de respecter la Loi sur la qualité de l’environnement, le CQDE, Equiterre, Nature Québec et la Fondation Coule pas chez nous, demandent au Ministère du développement durable de différer l’émission de la directive et de prendre le temps de bien faire les choses pour assurer la pleine crédibilité de l’exercice. De plus, ils  demandent à ce que la  directive une fois émise soit rendue publique sans délai. En attendant, les requérants réfléchissent quant au devenir de leur propre procédure juridique le temps de s’assurer du respect de la loi et du pouvoir de Québec de décider, de même que le respect des pratiques et des règles de l’art en matière d’évaluation environnementale.

Lire la suite.

Mots-clés: 
Google plus LinkedIn Twitter print