Centre de compostage dans Rivière-des-Prairies-Pointe-aux- Trembles : le CRE-Montréal appuie

Pour l’ensemble de la population de l’agglomération de Montréal, il apparaît essentiel au CRE-Montréal de mettre en place les infrastructures nécessaires au traitement des matières organiques dans une perspective de recyclage et ainsi de juguler le gaspillage qui a cours très majoritairement aujourd’hui par l’enfouissement de ces ressources. La métropole est déjà très en retard quant à l’atteinte des objectifs fixés par la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles.

Par ailleurs, parce que le compostage est une activité industrielle durable tournée vers les pratiques de l’avenir, cette nouvelle installation représente un atout majeur dans un quartier qui, depuis de longues décennies, a été davantage tourné vers des industries pétrochimiques très polluantes. En effet, ce projet correspond au premier jalon important d’une nouvelle «ère industrielle» dans l’Est de Montréal, verte, durable et orientée vers des principes importants déjà en émergence partout dans le monde, incluant le Québec, associés à l’économie circulaire. Les matières organiques ne sont pas des matières dangereuses et correspondent à des ressources importantes à remettre dans le circuit économique et écologique.

Une infrastructure de compostage dans le secteur industriel visé (à très forte proximité de l’autoroute) représente aussi une occasion à ne pas manquer de faire la démonstration, dans ce secteur industriel et commercial où la qualité du paysage et des aménagements laissent fortement à désirer, qu’il est possible de construire des infrastructures majeures intégrant des valeurs paysagères et architecturales en lien évidemment avec le développement durable (ex. : certification LEED, plantation d’arbres).

Pour que ce projet soit une pleine réussite, comme le souligne d’ailleurs l’OCPM, il est capital que les questions d’odeurs et de camionnage soient priorisées pour en minimiser au maximum les impacts, non seulement sur le plan local, mais aussi pour la population montréalaise touchée par les routes utilisées par les camions transportant les matières résiduelles organiques (au niveau notamment de l’étanchéité, de la propreté et de la performance écologique des véhicules).

Dès l’annonce du choix du site, le CRE-Montréal avait émis un communiqué de presse pour indiquer son appui au projet.

Google plus LinkedIn Twitter print